Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles



Poèmes
Informations sur le poète
Femme de lettres française (1876-1933) dont la poésie lyrique et néoromantique exprime un amour sensuel de la nature et de la vie.

177 poèmes (Page 3 sur un total de 89 pages)


Ah! j'avais bien raison de craindre
Le
mol printemps et sa douceur !
Le beau soir tiède a ta tiédeur.
Tout
est humain, tout semble peindre,
Par
l'azur, le rêve, l'odeur,
Ta
personne.
Dans
le silence
Envahissant
, mouvementé,
De
ce soir proche de l'été,
C
'est ta grâce qui se balance.
Et
le vent chaud sur le chemin
Ô désir! mémoire ! espérance !
À
la vive et secrète aisance
Des
belles veines de tes mains
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 185 votes


Ai-je imprudemment souhaité
Guérir
de toi ? Quelle ignorance
M
'irritait contre ma souffrance !
-
Ah ! Que rien ne me soit ôté

De
la détresse qui me cache
Le
passé, le lendemain !
Sois
La seule chose que je sache
Et
qui blesse ! Rien ne déçoit
Dans
la sombre et féconde ivresse
D
'un désir encore ascendant.
-
Lèvres rêveuses sur les dents,
Regard
qui se meut ou se pose,
Gardez
votre pouvoir ardent,
Vous
qui, dans une chambre close,
Par
le souvenir obsédant,

Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 140 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses