Poème arc-en-ciel - 2 Poèmes sur arc-en-ciel


2 poèmes


Phonétique : hercynien hercynienne hercyniennes hercyniens hircin hircine hircines hircins


Le paon se plaignait à Junon.
" Déesse, disait-il, ce n'est pas sans raison
Que je me plains, que je murmure :
Le chant dont vous m'avez fait don
Déplaît à toute la nature ;
Au lieu qu'un rossignol, chétive créature,
Forme des sons aussi doux qu'éclatants,
Est lui seul l'honneur du printemps.
Junon répondit en colère :
" Oiseau jaloux, et qui devrais te taire,
Est-ce à toi d'envier la voix du rossignol,
Toi que l'on voit porter à l'entour de ton col
Un arc-en-ciel nué de cent sortes de soies ;
Qui te panades, qui déploies
Une si riche queue, et qui semble à nos yeux
La boutique d'un lapidaire ?
Est-il quelque oiseau sous les cieux
Plus que toi capable de plaire ?
Tout animal n'a pas toutes propriétés.
Nous vous avons donné diverses qualités :
Les uns ont la grandeur et la force en partage ;
Le faucon est léger, l'aigle plein de courage ;
Le corbeau sert pour le présage ;
La corneille avertit des malheurs à venir ;

Tous
sont contents de leur ramage.
Cesse donc de te plaindre ; ou bien, pour te punir,
Je t'ôterai ton plumage. "
Le Paon se plaignant à Junon
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 417 votes


Vertigineusement, j’allais vers les Etoiles…
Mon
orgueil savourait le triomphe des dieux,
Et
mon vol déchirait, nuptial et joyeux,
Les
ténèbres d’été, comme de légers voiles…

Dans
un fuyant baiser d’hymen, je fus l’amant
De
la Nuit aux cheveux mêlés de violettes,
Et
les fleurs du tabac m’ouvraient leurs cassolettes
D’ivoire
, où tiédissait un souvenir dormant.

Et
je voyais plus haut la divine Pléiade…
Je
montais… J’atteignais le Silence Eternel…
Lorsque
je me brisai, comme un fauve arc-en-ciel,
Jetant
des lueurs d’or et d’onyx et de jade…

J’étais
l’éclair éteint et le rêve détruit…
Ayant
connu l’ardeur et l’effort de la lutte,
La
victoire et l’effroi monstrueux de la chute,
J’étais
l’astre tombé qui sombre dans la nuit.
La Fusée
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 380 votes