Poème renoncer+ - 2 Poèmes sur renoncer+



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : rancir rancira rancirai ranciraient rancirais rancirait ranciras rancirent rancirez ranciriez rancirions rancirons ranciront renoncer renoncera renoncerai renonceraient renoncerais renoncerait renonceras renoncèrent renoncerez renonceriez renoncerions renoncerons renonceront rhinocéros rincer rincera ...


Deux taureaux combattaient à qui posséderait
Une génisse avec l'empire.
Une grenouille en soupirait.
" Qu'avez-vous ? " se mit à lui dire
Quelqu'un du peuple croassant.
" Et ! ne voyez-vous pas, dit-elle,
Que la fin de cette querelle
Sera l'exil de l'un ; que l'autre, le chassant,
Le fera renoncer aux campagnes fleuries ?
Il ne régnera plus sur l'herbe des prairies,
Viendra dans nos marais régner sur les roseaux ;
Et nous foulant aux pieds jusques au fond des eaux,
Tantôt l'une, et puis l'autre, il faudra qu'on pâtisse
Du combat qu'a causé Madame la génisse. "
Cette crainte était de bon sens.
L'un des taureaux en leur demeure
S'alla cacher à leurs dépens :
Il en écrasait vingt par heure.

Hélas !
on voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises des grands.
Les Deux Taureaux et une Grenouille
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 174 votes


Je voudrais mourir, mais non pas
D
'une autre et plus tranquille mort
Que
celle que causent ton pas,
Ta
voix, ton regard, ton abord.

Pourrai-je
renoncer, crois-tu,
-
Bel arbre humain, cyprès! tilleul !
À
ce grand besoin éperdu
Que
j'ai de périr par toi seul ?
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 123 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème renoncer+ - 2 Poèmes sur renoncer+


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses