Poème bruns - 3 Poèmes sur bruns



Poèmes

3 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : baieraient baierions baierons baieront barn barns baron baronna baronnai baronnais baronnait baronnas baronnât baronne baronné baronnée baronnées baronnes baronnés baronnet baronnie baronnies barons barraient barrant barrent barrions barrons baryon ...


Que j'aime voir, chère indolente,
De
ton corps si beau,
Comme
une étoffe vacillante,
Miroiter
la peau !

Sur
ta chevelure profonde
Aux
âcres parfums,
Mer
odorante et vagabonde
Aux
flots bleus et bruns,

Comme
un navire qui s'éveille
Au
vent du matin,
Mon
âme rêveuse appareille
Pour
un ciel lointain.

Tes
yeux, où rien ne se révèle
De
doux ni d'amer,
Sont
deux bijoux froids où se mêle
L
'or avec le fer.

À
te voir marcher en cadence,
Belle
d'abandon,
On
dirait un serpent qui danse
Au
bout d'un bâton.

Sous
le fardeau de ta paresse
Ta
tête d'enfant
Se
balance avec la mollesse
D
'un jeune éléphant,

Et
ton corps se penche et s'allonge
Comme
un fin vaisseau
Qui
roule bord sur bord et plonge
Ses
vergues dans l'eau.

Comme
un flot grossi par la fonte
Des
glaciers grondants,
Quand
l'eau de ta bouche remonte
Au
bord de tes dents,

Je
crois boire un vin de Bohême,
Amer
et vainqueur,
Un
ciel liquide qui parsème
D
'étoiles mon cœur !
Le serpent qui danse
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 247 votes


Tous deux ils regardaient, de la haute terrasse,
L’Égypte
s’endormir sous un ciel étouffant
Et
le Fleuve, à travers le Delta noir qu’il fend,
Vers
Bubaste ou Saïs rouler son onde grasse.

Et
le Romain sentait sous la lourde cuirasse,
Soldat
captif berçant le sommeil d’un enfant,
Ployer
et défaillir sur son cœur triomphant
Le
corps voluptueux que son étreinte embrasse.

Tournant
sa tête pâle entre ses cheveux bruns
Vers
celui qu’enivraient d’invincibles parfums,
Elle
tendit sa bouche et ses prunelles claires ;

Et
sur elle courbé, l’ardent Imperator
Vit
dans ses larges yeux étoilés de points d’or
Toute
une mer immensefuyaient des galères.
Antoine et Cléopâtre
Poèmes de José Maria de Heredia

Citations de José Maria de Heredia
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 319 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème bruns - 3 Poèmes sur bruns


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses