Poème clama - 4 Poèmes sur clama



Poèmes

4 poèmes

Phonétique : celâmes cillâmes clam clama clamai clamais clamait clamâmes clamas clamât clame clamé clamée clamées clames clamés clams clamsé climat clouâmes


Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine
Et
quand il eut donné son obole à Charon,
Un
sombre mendiant, œil fier comme Antisthène,
D
'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.

Montrant
leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
Des
femmes se tordaient sous le noir firmament,
Et
, comme un grand troupeau de victimes offertes,
Derrière
lui traînaient un long mugissement.

Sganarelle
en riant lui réclamait ses gages,
Tandis
que Don Luis avec un doigt tremblant
Montrait
à tous les morts errant sur les rivages
Le
fils audacieux qui railla son front blanc.

Frissonnant
sous son deuil, la chaste et maigre Elvire,
Près
de l'époux perfide et qui fut son amant,
Semblait
lui réclamer un suprême sourire
brillât la douceur de son premier serment.

Tout
droit dans son armure, un grand homme de pierre
Se
tenait à la barre et coupait le flot noir ;
Mais
le calme héros, courbé sur sa rapière,
Regardait
le sillage et ne daignait rien voir.
Don Juan aux enfers
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 268 votes


Il faudra bien pourtant que le jour vienne, un jour,
je ne pourrai plus t'aimer,
mon coeur sera dur, mon esprit sombre et sourd,
Ma
main froide et mes yeux fermés !

Cet
inutile effort pour ne pas te quitter,
Ce
vain espoir de vivre encor,
L
'horreur de déserter ma place à ton côté,
C
'est cela, rien d'autre, la mort !

Ce
n'est plus cette angoisse et ce scandale altier.
De
sombrer dans un noir séjour,
De
ne plus se sentir robuste et de moitié
Dans
tous les mouvements du jour !

Ce
n'est plus ce regret et ce décent orgueil
D
'adresser aux cieux constellés
L
'adieu méditatif et stupéfait d'un oeil
Qui
fut à leurs astres mêlé,

-
Mais n'être plus, parmi les humains inconnus,
Qui
vont chacun à leur labeur,
La
main forte et fidèle où tes doigts ont tenu,
Le
sein où s'est posé ton coeur;

N
'être plus le secret qui dit: C'est moi qui prends
Ce
qui te tourmente et te nuit;
N
'être plus ce désir anxieux et souffrant
Qui
songe à ton sommeil, la nuit;

N
'être plus ce brasier, qui tient ses feux couverts,
Dont
parfois tu n'as pas besoin !
Hais
qui saurait t'offrir un brûlant univers,
Si
tes voeux réclamaient ce soin.

N
'avoir plus, - ayant tout acquis et possédé,
-
Cette tâche, modeste enfin,
De
pouvoir, sans emphase, être prête à t'aider
Quand
ton esprit a soif et faim,

Voilà
ce qui m'effraie et comble de douleur
Une
âme à présent sans fierté.
Car
j'ai vraiment rendu de suffisants honneurs
Aux
cieux inhumains de l'été !...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 177 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème clama - 4 Poèmes sur clama


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses