Poème fenetres+Des - 5 Poèmes sur fenetres+Des



Poèmes

5 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : fainéanter fainéantera fainéanterai fainéanteraient fainéanterais fainéanterait fainéanteras fainéantèrent fainéanterez fainéanteriez fainéanterions fainéanterons fainéanteront feinter feintera feinterai feinteraient feinterais feinterait feinteras feintèrent feinterez feinteriez feinterions feinterons feinteront feinteur feinteurs fenêtra ...


La terre est bleue comme une orange
Jamais
une erreur les mots ne mentent pas
Ils
ne vous donnent plus à chanter
Au
tour des baisers de s’entendre
Les
fous et les amours
Elle
sa bouche d’alliance
Tous
les secrets tous les sourires
Et
quels vêtements d’indulgence
À
la croire toute nue.

Les
guêpes fleurissent vert
L’aube
se passe autour du cou
Un
collier de fenêtres
Des
ailes couvrent les feuilles
Tu
as toutes les joies solaires
Tout
le soleil sur la terre
Sur
les chemins de ta beauté.
La terre est bleue comme une orange
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 235 votes


Janvier nous prive de feuillage ;
Février
fait glisser nos pas ;
Mars
a des cheveux de nuage,
Avril
, des cheveux de lilas ;

Mai
permet les robes champêtres ;
Juin
ressuscite les rosiers ;
Juillet
met l’échelle aux fenêtres,
Août
, l’échelle aux cerisiers.

Septembre
, qui divague un peu,
Pour
danser sur du raisin bleu
S’amuse
à retarder l’aurore ;

Octobre
a peur ; Novembre a froid ;
Décembre
éteint les fleurs ; et, moi,
L’année
entière je t’adore !


Calendrier
Poèmes de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard

Citations de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 247 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème fenetres+Des - 5 Poèmes sur fenetres+Des


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses