Poème mentir - 3 Poèmes sur mentir



Poèmes

3 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : manuterge manuterges ménétrier ménétriers menterie menteries menteur menteurs mentir mentira mentirai mentiraient mentirais mentirait mentiras mentirent mentirez mentiriez mentirions mentirons mentiront mentor mentors miniatura miniaturai miniaturaient miniaturais miniaturait miniaturâmes ...


Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait
en son bec un fromage.
Maître
Renard, par l'odeur alléché,
Lui
tint à peu près ce langage :
! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que
vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans
mentir, si votre ramage
Se
rapporte à votre plumage,
Vous
êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
A
ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et
pour montrer sa belle voix,
Il
ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le
Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez
que tout flatteur
Vit
aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette
leçon vaut bien un fromage, sans doute.
Le
Corbeau, honteux et confus,
Jura
, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Le Corbeau et le Renard
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 174 votes


Aimer, c'est de ne mentir plus.
Nulle
ruse, n'est nécessaire
Quand
le bras chaleureux enserre
Le
corps fuyant qui nous a plu.

-
Crois à ma voix qui rêve et chante
Et
qui construit ton paradis.
Saurais-tu
que je suis méchante
Si
je ne te l'avais pas dit ?

-
Faiblement méchante, en pensée,
Et
pour retrouver par moment
Cette
solitude sensée
Que
j'ai reniée en t'aimant !
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 138 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème mentir - 3 Poèmes sur mentir


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses