Poème meubles - 4 Poèmes sur meubles



Poèmes

4 poèmes

Phonétique : maboul maboule maboules mabouls meubla meublai meublais meublait meublas meublât meuble meublé meublée meublées meubles meublés mobile mobiles mobilisé mobilité moblot


Mon enfant, ma soeur,
Songe
à la douceur
D
'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer
à loisir,
Aimer
et mourir
Au
pays qui te ressemble !
Les
soleils mouillés
De
ces ciels brouillés
Pour
mon esprit ont les charmes
Si
mystérieux
De
tes traîtres yeux,
Brillant
à travers leurs larmes.

, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe
, calme et volupté.

Des
meubles luisants,
Polis
par les ans,
Décoreraient
notre chambre ;
Les
plus rares fleurs
Mêlant
leurs odeurs
Aux
vagues senteurs de l'ambre,
Les
riches plafonds,
Les
miroirs profonds,
La
splendeur orientale,
Tout
y parlerait
À
l'âme en secret
Sa
douce langue natale.

, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe
, calme et volupté.

Vois
sur ces canaux
Dormir
ces vaisseaux
Dont
l'humeur est vagabonde ;
C
'est pour assouvir
Ton
moindre désir
Qu
'ils viennent du bout du monde.
-
Les soleils couchants
Revêtent
les champs,
Les
canaux, la ville entière,
D
'hyacinthe et d'or ;
Le
monde s'endort
Dans
une chaude lumière.

, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe
, calme et volupté.
L'invitation au voyage
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 242 votes


Un soir de pauvreté comme il en est encore
Dans
les rapports de mer et les hôtels meublés
Il
arrive qu'on pense à des femmes capables
De
vous grandir en un instant de vous lancer
Par-dessus
le feston doré des balustrades
Vers
un monde de rocs et de vaisseaux hantés
Les
filles de la pluie sont douces si je hèle
A
travers un brouillard infiniment glacé
Leur
corps qui se refuse et la noire dentelle
Qui
pend de leurs cheuveux comme un oiseau blessé
Nous
ne dormirons pas dans des chambres offertes
A
la complicité nocturne des amants
Nous
avons en commun dans les cryptes d'eau verte
Le
hamac déchiré du même bâtiment
Et
nous veillons sur nous comme on voit les pleureuses
Dans
le temps d'un amour vêtu de cécité
A
genoux dans la gloire obscure des veilleuses
Réchauffé
de leurs mains le front prédestiné.


Femmes d'Ouessant
Poèmes de René-Guy Cadou

Citations de René-Guy Cadou
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 210 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème meubles - 4 Poèmes sur meubles


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses