Poème permanent - 3 Poèmes sur permanent



Poèmes

3 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : âprement épierrement épierrements épurement épurements hypermnésie hypermnésies papier-monnaie parement parementa parementai parementaient parementais parementait parementâmes parementant parementas parementasse parementassent parementasses parementassiez parementassions parementât parementâtes paremente parementé parementée parementées parementent ...


L'homme insulté‚ qui se retient
Est
, à coup sûr, doux et patient.
Par
contre, l'homme à l'humeur aigre
Gifle
celui qui le dénigre.
Moi
, je n'agis qu'à bon escient :
Mais
, gare aux fâcheux qui me scient !
Qu
'ils soient de Château-l'Abbaye
Ou
nés à Saint-Germain-en-Laye,
Je
les rejoins d'où qu'ils émanent,
Car
mon courroux est permanent.
Ces
gens qui se croient des Shakespeares
Ou
rois des îles Baléares !
Qui
, tels des condors, se soulèvent !
Mieux
vaut le moindre engoulevent.
Par
le diable, sans être un aigle,
Je
vois clair et ne suis pas bigle.
Fi
des idiots qui balbutient !
Gloire
au savant qui m'entretient !


Rimes riches à l'oeil
Poèmes de Alphonse Allais

Citations de Alphonse Allais
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 451 votes


En vain la peur d'un joug tendre et fatal
Vient
m'adjurer d'être de toi guérie:
Un
corps, aimé est comme un lieu natal,
Un
vif amour est comme une patrie !

Je
ne veux plus occuper ma raison
À
repousser ta permanente image.
J
'attends ! - Parfois la plus chaude saison
Boit
la fraîcheur du survenant orage.

-
Mais quand ma vie au souhait insistant
Est
par ta voix jusqu'aux veines mordue,
J
'arrache un cri à mon coeur haletant,
Comme
un poignard dont la lame est tordue...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 179 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème permanent - 3 Poèmes sur permanent


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses