Poème surprend - 2 Poèmes sur surprend



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : serre-papiers surpaiera surpaierai surpaieraient surpaierais surpaierait surpaieras surpaierez surpaieriez surpaierions surpaierons surpaieront surprenaient surprenais surprenait surprenant surprenante surprenantes surprenants surprend surprendra surprendrai surprendraient surprendrais surprendrait surprendras surprendre surprendrez surprendriez ...


Je t'aimais par les yeux, je puis
Me
détourner de ton visage,
Te
parler sans boire à ce puits
De
ton regard vibrant et sage.

Je
t'accosterai comme font
Les
prêtres avec les abbesses;
Plus
rien ne trouble et ne confond
Une
paupière qui s'abaisse.

Si
terrible que soit l'amour,
Si
spontané, ferme, invincible,
Le
coeur heureux l'aidait toujours...
Mais
tu me seras invisible.

Grave
, je porterai le deuil,
Que
nul hormis toi ne soupçonne,
De
dédaigner sur ta personne
L
'injuste beauté de ton oeil.

Quand
ta voix engageante et tiède
Voudra
reprendre le chemin
De
mon coeur, qui te vint en aide
Avec
la douceur de mes mains,

J
'aurai cet aspect d'infortune
Qui
surprend et fait hésiter;
Tu
pourras, sombre iniquité,
Croire
enfin que tu m'importunes !

Comment
me nuirait désormais
Ton
fin et vivant paysage
Si
mes yeux n'abordent jamais
Son
délicat coloriage ?

Si
jamais je ne me repais
De
la nourriture irritante
Par
quoi je détruisais ma paix ?
Si
plus rien en toi ne me tente ?

-
Et qu'étais-tu, toi que j'ai craint
Plus
que toute mort et tout blâme,
Si
ton charme succombe au frein
Du
noble souci de mon âme ?

Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 162 votes


Oui, la douceur est toujours feinte
En
amour. - Croirais-tu vraiment
Que
ce brillant contentement
Ne
masquât pas d'amères plaintes ?

Certes
tout mon être bénit
Ta
vie où j'ai mis l'infini,
Mais
, corps charmant, ô coeur de roche,
Toi
que j'aime! un constant reproche
Émane
de mes yeux séduits.
Quoi!
toujours t'admirer, et puis
Toujours
, en silence, surprendre
Tes
défauts, - et, d'un coeur plus tendre,
Mêlé
de louanges, de pleurs,
Te
voiler mon humble colère
Ah!
réclamais-je ces douleurs ?
-
Et de quel droit viens-tu me plaire ?...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 150 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème surprend - 2 Poèmes sur surprend


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses