Poème brulants - 2 Poèmes sur brulants



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : bariolaient bariolant bariolent bariolions bariolons barlong barlongs barlongue barlongues Berlin berline berlines berlingot berlingots Beurling borélien borélienne boréliennes boréliens bourlingua bourlinguai bourlinguaient bourlinguais bourlinguait bourlinguâmes bourlinguant bourlinguas bourlinguasse bourlinguassent ...


Cette odeur sur les pieds de narcisse et de menthe,
Parce
qu’ils ont foulé dans leur course légère
Fraîches
écloses, les fleurs des nuits printanières,
Remplira
tout mon cœur de ses vagues dormantes ;

Et
peut-être très loin sur ses jambes polies,
Tremblant
de la caresse encor de l’herbe haute,
Ce
parfum végétal qui monte, lorsque j’ôte
Tes
bas éclaboussés de rosée et de pluie ;

Jusqu’à
cette rancœur du ventre pâle et lisse
l’ambre et la sueur divinement se mêlent
Aux
pétales séchées au milieu des dentelles
Quand
sur les pentes d’ombre inerte mes mains glissent,

Laurence…
Jusqu’aux flux brûlants de ta poitrine,
Gonflée
et toute crépitante de lumière
Hors
de la fauve floraison des primevères
s’épuisent en vain ma bouche et mes narines,

Jusqu’à
la senteur lourde de ta chevelure,
Éparse
sur le sol comme une étoile blonde,
tu as répandu tous les parfums du monde
Pour
assouvir enfin la soif qui me torture !


Laurence endormie
Poèmes de Patrice de La Tour du Pin

Citations de Patrice de La Tour du Pin
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 334 votes


Amants brûlants d'amour, Savants aux pouls glaciaux
Nous
aimons tout autant dans nos saisons du jour
Nos
chats puissants mais doux, honorant nos tripots
Qui
, sans nous, ont trop froid, nonobstant nos amours.

Ami
du Gai Savoir, ami du doux plaisir
Un
chat va sans un bruit dans un coin tout obscur
Oh
Styx, tu l'aurais pris pour ton poulain futur
Si
tu avais, Pluton, aux Sclavons pu l'offrir!

Il
a, tout vacillant, la station d'un hautain
Mais
grand sphinx somnolant au fond du Sahara
Qui
paraît s'assoupir dans un oubli sans fin:

Son
dos frôlant produit un influx angora
Ainsi
qu'un gros diamant pur, l'or surgit, scintillant
Dans
son voir nictitant divin, puis triomphant
Nos Chats
Poèmes de Georges Perec

Citations de Georges Perec
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 413 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème brulants - 2 Poèmes sur brulants


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses