Poème connaissais - 2 Poèmes sur connaissais



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : canasse canasses canisse canisses cannasse cannasses cannisse cannisses canonisât canonisés coinçasse coinçasses conasse conasses conçusse conçusses connaissais connaissait connaisse connaisses connasse connasses connusse connusses consisté couinasse couinasses gainasse gainasses ...


Le roi des animaux se mit un jour en tête
De
giboyer : il célébrait sa fête.
Le
gibier du lion, ce ne sont pas moineaux,
Mais
beaux et bons sangliers, daims et cerfs bons et beaux.
Pour
réussir dans cette affaire,
Il
se servit du ministère
De
l'âne à la voix de Stentor.
L
'âne à messer lion fit office de cor.
Le
lion le posta, le couvrit de ramée,
Lui
commanda de braire, assuré qu'à ce son
Les
moins intimidés fuiraient de leur maison.
Leur
troupe n'était pas encore accoutumée
A
la tempête de sa voix ;
L
'air en retentissait d'un bruit épouvantable :
La
frayeur saisissait les hôtes de ces bois,
Tous
fuyaient, tous tombaient au piège inévitable
les attendait le lion.
" N
'ai-je pas bien servi dans cette occasion ?
Dit
l'âne, en se donnant tout l'honneur de la chasse.

Oui
, reprit le lion, c'est bravement crié :
Si
je ne connaissais sa personne et ta race,
J
'en serais moi-même effrayé. "
L
'âne, s'il eût osé, se fût mis en colère,
Encor
qu'on le raillât avec juste raison ;
Car
qui pourrait souffrir un âne fanfaron ?
Ce
n'est pas là leur caractère.

Le Lion et l'Ane chassant
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 270 votes


Je ne veux pas ta vérité,
Ta
franchise, tes confidences;
L
'enchantement de t'écouter
Est
combattu par ma prudence;

Car
, si je connaissais vraiment
Le
charme profond qui t'isole,
Je
saurais les jours où tu mens,
J
'épierais le son des paroles,

J
'aurais cet exigeant instinct
De
te vouloir exact et probe,
Je
t'aimerais sans ce dédain
Dont
ma défiance s'enrobe,

Je
saurais ton signe sacré,
Et
qu'il est juste que je t'aime,
Tandis
que ton coeur ignoré
Ne
relève que de moi-même;

Je
ne veux pas, ô toi qui passes,
M
'attacher à tes purs loisirs,
Ni
te situer dans l'espace
Autrement
que par mon désir !
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 220 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème connaissais - 2 Poèmes sur connaissais


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses