Poème folles - 2 Poèmes sur folles



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : éfaufila éfaufilai éfaufilais éfaufilait éfaufilas éfaufilât éfaufile éfaufilé éfaufilée éfaufilées éfaufiles éfaufilés failla faillai faillais faillait faillas faillât faille faillé faillée faillées failles faillés failli faillis faillit faillît fallait ...


La vie est simple et gaie
Le
soleil clair tinte avec un bruit doux
Le
son des cloches s'est calmé
Ce
matin la lumière traverse tout
Ma
tête est une lampe rallumée
Et
la chambrej'habite est enfin éclairée

Un
seul rayon suffit
Un
seul éclat de rire
Ma
joie qui secoue la maison
Retient
ceux qui voudraient mourir
Par
les notes de sa chanson

Je
chante faux
Ah
que c'est drôle
Ma
bouche ouverte à tous les vents
Lance
partout des notes folles
Qui
sortent je ne sais comment
Pour
voler vers d'autres oreilles

Entendez
je ne suis pas fou
Je
ris au bas de l'escalier
Devant
la porte grande ouverte
Dans
le soleil éparpillé
Au
mur parmi la vigne verte
Et
mes bras sont tendus vers vous

C'est
aujourd'hui que je vous aime


Pour le moment
Poèmes de Pierre Reverdy

Citations de Pierre Reverdy
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 270 votes


Pendant longtemps, je fus clouée au pilori,
Et des femmes, voyant que je souffrais, ont ri.

Puis, des hommes ont pris dans leurs mains une boue
Qui vint éclabousser mes tempes et ma joue.

Les pleurs montaient en moi, houleux comme des flots,
Mais mon orgueil me fit refouler mes sanglots.

Je les voyais ainsi, comme à travers un songe
Affreux et dont l’horreur s’irrite et se prolonge.

La place était publique et tous étaient venus,
Et les femmes jetaient des rires ingénus.

Ils se lançaient des fruits avec des chansons folles,
Et le vent m’apportait le bruit de leurs paroles.

J’ai senti la colère et l’horreur m’envahir.
Silencieusement, j’ai appris à les haïr.

Les insultes cinglaient, comme des fouets d’ortie.
Lorsqu’ils m’ont détachée enfin, je suis partie.

Je suis partie au gré du vent. Et depuis lors
Mon visage est pareil à la face des morts.
Le Pilori
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 233 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème folles - 2 Poèmes sur folles


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses