Poème monotone - 5 Poèmes sur monotone



Poèmes

5 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : émanation émanations maintenaient maintenais maintenait maintenance maintenances maintenant mainteneur mainteneurs maintenez mainteniez maintenions maintenir maintenons maintenu maintenue maintenues maintenus maintien maintiendra maintiendrai maintiendraient maintiendrais maintiendrait maintiendras maintiendrez maintiendriez maintiendrions ...


Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
Je
respire l'odeur de ton sein chaleureux,
Je
vois se dérouler des rivages heureux
Qu
'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;

Une
île paresseuse où la nature donne
Des
arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Des
hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et
des femmes dont œil par sa franchise étonne.

Guidé
par ton odeur vers de charmants climats,
Je
vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor
tout fatigués par la vague marine,

Pendant
que le parfum des verts tamariniers,
Qui
circule dans l'air et m'enfle la narine,
Se
mêle dans mon âme au chant des mariniers.
Parfum exotique
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 352 votes


Automne pluvieux, mélancolique automne,
Remets
cet ami dans mes bras !
Que
m'importent ton eau, tes râles monotones,
Ton
dépit, ton sombre embarras,

Si
, dédaignant soudain tes humides rafales,
Je
retrouve le tiède été
Près
d'un corps chaleureux, et que mon front s'installe
Dans
la douceur de son côté !

-
Grâce d'un calme flot épandu dans une anse
Qui
le limite et le détient !
Partage
, ô mon amour, le délassant silence
De
mon être réduit au tien...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 201 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème monotone - 5 Poèmes sur monotone


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses