Poème naive - 2 Poèmes sur naive



Poèmes

2 poèmes

Phonétique : naevus naïve naïves naïveté navet neuve neuves névé névés neveu niveau nouveau nouveauté nov nova novai novais novait novas novât nove nové novée novées noves novés


Quels secrets dans son coeur brûle ma jeune amie,
Ame
par le doux masque aspirant une fleur ?
De
quels vains aliments sa naïve chaleur
Fait
ce rayonnement d'une femme endormie ?

Souffle
, songes, silence, invincible accalmie,
Tu
triomphes, ô paix plus puissante qu'un pleur,
Quand
de ce plein sommeil l'onde grave et l'ampleur
Conspirent
sur le sein d'une telle ennemie.

Dormeuse
, amas doré d'ombres et d'abandons,
Ton
repos redoutable est chargé de tels dons,
Ô
biche avec langueur longue auprès d'une grappe,

Que
malgré l'âme absente, occupée aux enfers,
Ta
forme au ventre pur qu'un bras fluide drape,
Veille
; ta forme veille, et mes yeux sont ouverts.
La Dormeuse
Poèmes de Paul Valéry

Citations de Paul Valéry
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 230 votes


Le soir, ouvrant au vent ses ailes de phalène,
Évoque un souvenir fragilement rosé,
Le souvenir, touchant comme un Saxe brisé,
De ta naïveté fraîche de porcelaine.

Notre chambre d'hier, où meurt la marjolaine,
N'aura plus ton regard plein de ciel ardoisé,
Ni ton étonnement puéril et rusé...
Ô frissons de ta nuquebrûlait mon haleine !

Et mon coeur, dont la paix ne craint plus ton retour,
Ne sanglotera plus son misérable amour,
Frêle apparition que le silence éveille !

Loin du sincère avril de venins et de miels,
Tu souris, m'apportant les fleurs de ta corbeille,
Fleurs précieuses des champs artificiels.
Sonnet de porcelaine
Poèmes de Renée Vivien

Citations de Renée Vivien
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 231 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème naive - 2 Poèmes sur naive


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses