Poème parfument - 2 Poèmes sur parfument



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : parafâmes paraphâmes paraphimosis pare-fumée parfîmes parfum parfuma parfumai parfumaient parfumais parfumait parfumâmes parfumant parfumas parfumasse parfumassent parfumasses parfumassiez parfumassions parfumât parfumâtes parfume parfumé parfumée parfumées parfument parfumer parfumera parfumerai ...


Peut-être jamais ne saurai-je
Pourquoi
tu te taisais! L'été,
L
'azur, les nuits claires, la neige,
Comme
ton visage entêté,
N
'ont rien pour les interpréter !

Ils
brillent, parfument, rayonnent,
Implacables
, distraits, charmants,
Sans
rien répondre à nos tourments
-
Mais, hélas ! ce coeur de lionne,
Ce
coeur puissant, ce coeur adroit,
Qui
, pour ne pas troubler ton calme,
Se
suspendait au loin sur toi,
Plus
léger que l'ombre des palmes,
Que
l'arôme immense et sans poids,
Faut-il
vraiment qu'il se détruise,
Et
faut-il que nul ne te dise,
Pour
ne pas déranger ta paix,
Que
c'est l'univers qu'il comblait!
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 141 votes


Vivre, c'est désirer encor;
Le
courage, c'est l'espérance;
Quand
l'esprit se meurt de souffrance,
On
sent parfois rêver le corps.

-
La triste enfance, que harasse
L
'énigme oppressante des jours,
A
hâte d'appuyer sa face
Au
dur visage de l'amour.
Le
songeur poursuit dans l'espace
Que
parfument les bleus étés
D
'aériennes voluptés.
Le
désir et l'anxiété
Cherchent
un sort qui les délasse.

-
Moi, j'attends que ta beauté passe...
Poèmes de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 205 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème parfument - 2 Poèmes sur parfument


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses