Poème irons - 8 Poèmes sur irons



Poèmes

8 poèmes

Phonétique : iraient Iran iranien iraniens Irène Irénée irions irone irones ironie ironies ironisé irons iront


Nous nous étalons
Sur
des étalons.
Et
nous percherons
Sur
des percherons !

C
'est nous qui bâtons,
A
coup de bâtons,
L
'âne des Gottons
Que
nous dégottons !...
Mais
nous l'estimons
Mieux
dans les timons.
Nous
nous marions
A
vous Marions
Riches
en jambons.
Nous
vous enjambons
Et
nous vous chaussons,
Catins
, tels chaussons !
Oh
! plutôt nichons
Chez
nous des nichons !
Vite
polissons
Les
doux polissons !
Pompons
les pompons
Et
les repompons ! (...)
Du
vieuxtirons
Quelques
potirons !
Aux
doux veaux rognons
Leurs
tendres rognons,
Qu
'alors nous oignons
Du
jus des oignons ! (...)
Ah
! thésaurisons !
Vers
tes horizons
Alaska
, filons !
A
nous tes filons !
Pour
manger, visons
Au
front des visons,
Pour
boire, lichons
L
'âpre eau des lichons.
Ce
que nous savons
C
'est grâce aux savons
Que
nous décochons
Au
gras des cochons.
Oh
! mon chat, virons,
Car
nous chavirons !


Nous nous étalons
Poèmes de Alphonse Allais

Citations de Alphonse Allais
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 251 votes


Que ce soit dimanche ou lundi
Soir
ou matin minuit midi
Dans
l'enfer ou le paradis
Les
amours aux amours ressemblent
C'était
hier que je t'ai dit
Nous
dormirons ensemble

C'était
hier et c'est demain
Je
n'ai plus que toi de chemin
J'ai
mis mon cœur entre tes mains
Avec
le tien comme il va l'amble
Tout
ce qu'il a de temps humain
Nous
dormirons ensemble

Mon
amour ce qui fut sera
Le
ciel est sur nous comme un drap
J'ai
refermé sur toi mes bras
Et
tant je t'aime que j'en tremble
Aussi
longtemps que tu voudras
Nous
dormirons ensemble.


Nous dormirons ensemble
Poèmes de Louis Aragon

Citations de Louis Aragon
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 294 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème irons - 8 Poèmes sur irons


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses