Poème profondes - 5 Poèmes sur profondes



Poèmes

5 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : hyperfonction hyperfonctions parafaient parafant parafent paraffina paraffinage paraffinages paraffinai paraffinaient paraffinais paraffinait paraffinâmes paraffinant paraffinas paraffinasse paraffinassent paraffinasses paraffinassiez paraffinassions paraffinât paraffinâtes paraffine paraffiné paraffinée paraffinées paraffinent paraffiner paraffinera ...


Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe
, il faudrait ton courage !
Bien
qu'on ait du cœur à l'ouvrage,
L
'art est long et le temps est court.

Loin
des sépultures célèbres,
Vers
un cimetière isolé,
Mon
cœur, comme un tambour voilé,
Va
battant des marches funèbres.

-
Maint joyau dort enseveli
Dans
les ténèbres et l'oubli,
Bien
loin des pioches et des sondes ;

Mainte
fleur épanche à regret
Son
parfum doux comme un secret
Dans
les solitudes profondes.
Le guignon
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 284 votes


Un lièvre en son gîte songeait,
(Car que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe ?) ;
Dans un profond ennui ce lièvre se plongeait :
Cet animal est triste, et la crainte le ronge,
" Les gens de naturel peureux
Sont, disait-il, bien malheureux.
Ils ne sauraient manger morceau qui leur profite,
Jamais un plaisir pur ; toujours assauts divers.
Voilà comme je vis : cette crainte maudite
M'empêche de dormir, sinon les yeux ouverts.
- Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle.
- Et la peur se corrige-t-elle ?
Je crois même qu'en bonne foi
Les hommes ont peur comme moi. "
Ainsi raisonnait notre lièvre,
Et cependant faisait le guet.
Il était douteux, inquiet :
Un souffle, une ombre, un rien, tout lui donnait la fièvre.
Le mélancolique animal,
En rêvant à cette matière,
Entend un léger bruit : ce lui fut un signal
Pour s'enfuir devers sa tanière.
Il s'en alla passer sur le bord d'un étang.
Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes ;
Grenouilles de rentrer en leurs grottes profondes.
" Oh ! dit-il, j'en fais faire autant
Qu'on m'en fait faire ! Ma présence
Effraie aussi les gens ! je mets l'alarme au camp !
Et d'où me vient cette vaillance ?
Comment ? des animaux qui tremblent devant moi !
Je suis donc un foudre de guerre !
Il n'est, je le vois bien, si poltron sur la terre
Qui ne puisse trouver un plus poltron que soi. "
Le Lièvre et les Grenouilles
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 213 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème profondes - 5 Poèmes sur profondes


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses