Poèmes de Francis Jammes



Poèmes
Informations sur le poète
Poète français (1868-1938) contemporain des symbolistes, qui, bien que découvert par Mallarmé, demeura en marge de tout courant.

2 poèmes

La gomme coule en larmes d'or des cerisiers.
Cette
journée, ô ma chérie, est tropicale :
Endors-toi
donc dans le parterre où la cigale
Crie
aigrement aux coeurs touffus des vieux rosiers.

Dans
le salon où l'on causait, hier vous posiez...
Mais
aujourd'hui nous sommes seuls - Rose Bengale !
Endormez-vous
tout doucement dans la percale
De
votre robe, endormez-vous sous mes baisers.

Il
fait si chaud que l'on n'entend que les abeilles...
Endors-toi
donc, petite mouche au tendre coeur !
Cet
autre bruit ?... C'est les ruisseaux sous les corbeilles

Des
coudriersdorment les martins-pêcheurs...
Endors-toi
donc... Je ne sais plus si c'est ton rire
Ou
l'eau qui court sur les cailloux qu'elle fait luire...
La gomme coule
Poèmes de Francis Jammes

Citations de Francis Jammes
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 278 votes


Pourquoi les boeufs traînent-ils les vieux chars pesants ?
Cela
fait pitié de voir leur gros front bombé,
leurs
yeux qui ont l'air de souffrance de tomber.
Ils
font gagner le pain aux pauvres paysans.

S
'ils ne peuvent plus marcher, les vétérinaires
les
brûlent avec des drogues et des fers rouges.
Et
puis dans les champs pleins de coquelicots rouges
les
boeufs vont encore herser, racler la terre.

Il
y en a qui se casse un pied quelquefois;
alors
on tue celui-là pour la boucherie,
pauvre
boeuf qui écoutait le grillon qui crie

et
qui était obéissant aux rudes voix
des
paysans qui hersaient sous le soleil fou,
pauvre
boeuf qui allait il ne savait où.
Pourquoi les boeufs
Poèmes de Francis Jammes

Citations de Francis Jammes
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 258 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poèmes de Francis Jammes


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses