Poème +Portant - 12 Poèmes sur +Portant



Poèmes

12 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : ! : ; ? à ah çà ha haï hâté hi ho hué thé yé-yé épuration épurations hypertendu hypertendue hypertendues hypertendus hypertension hypertensions hypertonie hypertonies paratonnerre paratonnerres pare-étincelles ...


La tribu prophétique aux prunelles ardentes
Hier
s'est mise en route, emportant ses petits
Sur
son dos, ou livrant à leurs fiers appétits
Le
trésor toujours prêt des mamelles pendantes.

Les
hommes vont à pied sous leurs armes luisantes
Le
long des chariots où les leurs sont blottis,
Promenant
sur le ciel des yeux appesantis
Par
le morne regret des chimères absentes.

Du
fond de son réduit sablonneux, le grillon,
Les
regardant passer, redouble sa chanson ;
Cybèle
, qui les aime, augmente ses verdures,

Fait
couler le rocher et fleurir le désert
Devant
ces voyageurs, pour lesquels est ouvert
L
'empire familier des ténèbres futures.
Bohémiens en voyage
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 326 votes


Compère le renard se mit un jour en frais,
Et retint à dîner commère la cigogne.
Le régal fut petit et sans beaucoup d'apprêts :
Le galand, pour toute besogne,
Avait un brouet clair ; il vivait chichement.
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :
La cigogne au long bec n'en put attraper miette,
Et le drôle eut lapé le tout en un moment.
Pour se venger de cette tromperie,
A quelque temps de là, la cigogne le prie.
" Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis
Je ne fais point cérémonie. "
A l'heure dite, il courut au logis
De la cigogne son hôtesse ;
Loua très fort la politesse ;
Trouva le dîner cuit à point :
Bon appétit surtout ; renards n'en manquent point.
Il se réjouissait à l'odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.
On servit, pour l'embarrasser,
En un vase à long col et d'étroite embouchure.
Le bec de la cigogne y pouvait bien passer ;
Mais le museau du sire était d'autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l'oreille.

Trompeurs
, c'est pour vous que j'écris :
Attendez-vous à la pareille.
Le Renard et la Cigogne
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 220 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème +Portant - 12 Poèmes sur +Portant


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses