Poème bruits - 6 Poèmes sur bruits


6 poèmes


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : baratta barattai barattais barattait barattas barattât baratte baratté barattée barattées barattes barattés baréta barétai barétais barétait barétas barétât barétâtes barète barètes barrâtes barrette barrettes barrîtes barrots baryte barytes berçâtes ...

À Alfred de Musset de Louise Ackermann


Un poète est parti ; sur sa tombe fermée
Pas un chant, pas un mot dans cette langue aimée
Dont la douceur divine ici-bas l'enivrait.
Seul, un pauvre arbre triste à la pâle verdure,
Le saule qu'il rêvait, au vent du soir, murmure
Sur son ombre éplorée un tendre et long regret.

Ce n'est pas de l'oubli ; nous répétons encore,
Poète de l'amour, ces chants que fit éclore
Dans ton âme éperdue un éternel tourment,
Et le Temps sans pitié qui brise de son aile
Bien des lauriers, le Temps d'une grâce nouvelle
Couronne en s'éloignant ton souvenir charmant.

Tu fus l'enfant choyé du siècle. Tes caprices
Nous trouvaient indulgents. Nous étions les complices
De tes jeunes écarts ; tu pouvais tout oser.
De la Muse pour toi nous savions les tendresses,
Et nos regards charmés ont compté ses caresses,
De son premier sourire à son dernier baiser.

Parmi nous maint poète à la bouche inspirée
Avait déjà rouvert une source sacrée ;
Oui, d'autres nous avaient de leurs chants abreuvés.
Mais le cri qui saisit le cœur et le remue,
Mais ces accents profonds qui d'une lèvre émue
Vont à l'âme de tous, toi seul les as trouvés.

Au concert de nos pleurs ta voix s'était mêlée.
Entre nous, fils souffrants d'une époque troublée,
Le doute et la douleur formaient comme un lien.
Ta lyre en nous touchant nous était douce et chère ;
Dans le chantre divin nous sentions tous un frère ;
C'est le sang de nos cœurs qui courait dans le tien.

Rien n'arrêtait ta plainte, et ton âme blessée
La laissait échapper navrante et cadencée.
Tandis que vers le ciel qui se voile et se clôt
De la foule montait une rumeur confuse,
Fier et beau, tu jetais, jeune amant de la Muse,
À travers tous ces bruits ton immortel sanglot.

Lorsque le rossignol, dans la saison brûlante
De l'amour et des fleurs, sur la branche tremblante
Se pose pour chanter son mal cher et secret,
Rien n'arrête l'essor de sa plainte infinie,
Et de son gosier frêle un long jet d'harmonie
S'élance et se répand au sein de la forêt.

La voix mélodieuse enchante au loin l'espace...
Mais soudain tout se tait ; le voyageur qui passe
Sous la feuille des bois sent un frisson courir.
De l'oiseau qu'entraînait une ivresse imprudente
L'âme s'est envolée avec la note ardente ;
Hélas ! chanter ainsi c'était vouloir mourir !

À Alfred de Musset un poème de Louise Ackermann

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Louise Ackermann (n° 473)  Voter pour ce poème135 votes

La Courbe de tes yeux de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard


La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un
rond de danse et de douceur,
Auréole
du temps, berceau nocturne et sûr,
Et
si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C
'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.
Feuilles
de jour et mousse de rosée,
Roseaux
du vent, sourires parfumés,
Ailes
couvrant le monde de lumière,
Bateaux
chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs
des bruits et sources des couleurs,
Parfums
éclos d'une couvée d'aurores
Qui
gît toujours sur la paille des astres,
Comme
le jour dépend de l'innocence
Le
monde entier dépend de tes yeux purs
Et
tout mon sang coule dans leurs regards.

La Courbe de tes yeux un poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 314)  Voter pour ce poème508 votes

Le lac de Alphonse de Lamartine


Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans
la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne
pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter
l’ancre un seul jour ?

Ô
lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et
près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde
! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
tu la vis s’asseoir !

Tu
mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi
tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi
le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur
ses pieds adorés.

Un
soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On
n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que
le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes
flots harmonieux.

Tout
à coup des accents inconnus à la terre
Du
rivage charmé frappèrent les échos ;
Le
flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa
tomber ces mots :

Ô
temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez
votre cours :
Laissez-nous
savourer les rapides délices
Des
plus beaux de nos jours !

Assez
de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez
, coulez pour eux ;
Prenez
avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez
les heureux.

Mais
je demande en vain quelques moments encore,
Le
temps m’échappe et fuit ;
Je
dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va
dissiper la nuit.

Aimons
donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous
, jouissons !
L’homme
n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il
coule, et nous passons !

Temps
jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent
loin de nous de la même vitesse
Que
les jours de malheur ?

Eh
quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi
! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce
temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne
nous les rendra plus !

Éternité
, néant, passé, sombres abîmes,
Que
faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez
: nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que
vous nous ravissez ?

Ô
lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous
, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez
de cette nuit, gardez, belle nature,
Au
moins le souvenir !

Qu’il
soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau
lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et
dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui
pendent sur tes eaux.

Qu’il
soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans
les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans
l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
De
ses molles clartés.

Que
le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que
les parfums légers de ton air embaumé,
Que
tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout
dise : Ils ont aimé !

Le lac un poème de Alphonse de Lamartine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Alphonse de Lamartine (n° 390)  Voter pour ce poème627 votes

L'isolement de Alphonse de Lamartine


Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au
coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je
promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont
le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici
, gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il
serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
, le lac immobile étend ses eaux dormantes
l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au
sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le
crépuscule encor jette un dernier rayon,
Et
le char vaporeux de la reine des ombres
Monte
, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant
, s'élançant de la flèche gothique,
Un
son religieux se répand dans les airs,
Le
voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux
derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais
à ces doux tableaux mon âme indifférente
N
'éprouve devant eux ni charme ni transports,
Je
contemple la terre ainsi qu'une ombre errante :
Le
soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De
colline en colline en vain portant ma vue,
Du
sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je
parcours tous les points de l'immense étendue,
Et
je dis : « Nulle part le bonheur ne m'attend. »

Que
me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains
objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves
, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un
seul être vous manque, et tout est dépeuplé.

Que
le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D
'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En
un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu
'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

Quand
je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes
yeux verraient partout le vide et les déserts ;
Je
ne désire rien de tout ce qu'il éclaire,
Je
ne demande rien à l'immense univers.

Mais
peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux
le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si
je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce
que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

, je m'enivrerais à la source j'aspire ;
, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et
ce bien idéal que toute âme désire,
Et
qui n'a pas de nom au terrestre séjour !

Que
ne puis-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague
objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur
la terre d'exil pourquoi restè-je encore ?
Il
n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand
la feuille des bois tombe dans la prairie,
Le
vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et
moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi
comme elle, orageux aquilons !

L'isolement un poème de Alphonse de Lamartine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Alphonse de Lamartine (n° 401)  Voter pour ce poème537 votes

Roman de Arthur Rimbaud


On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans.
-
Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des
cafés tapageurs aux lustres éclatants!
On
va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les
tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin!
L
'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière.
Le
vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin -
A
des parfums de vigne et des parfums de bière...

-
Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D
'azur sombre encadré d'une petite branche,
Piqué
d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec
de doux frissons, petite et toute blanche ...

Nuit
de juin! Dix-sept ans! - On se laisse griser.
La
sève est du champagne et vous monte à la tête...
On
divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui
palpite, , comme une petite bête...

Le
coeur fou robinsonne à travers les romans,
-
Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
Passe
une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous
l'ombre du faux-col effrayant de son père...

Et
, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout
en faisant trotter ses petites bottines,
Elle
se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
-
Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

Vous
êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous
êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire.
Tous
vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
-
Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire!...

Ce
soir-là..., - vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous
demandez des bocks ou de la limonade...
-
On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans
Et
qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

Roman un poème de Arthur Rimbaud

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Arthur Rimbaud (n° 433)  Voter pour ce poème548 votes

Intérieur de Renée Vivien


Dans mon âme a fleuri le miracle des roses.
Pour le mettre à l’abri, tenons les portes closes.

Je défends mon bonheur, comme on fait des trésors,
Contre les regards durs et les bruits du dehors.

Les rideaux sont tirés sur l’odorant silence.
l’heure au cours égal coule avec nonchalance.

Aucun souffle ne fait trembler le mimosa
Sur lequel, en chantant, un vol d’oiseaux pesa.

Notre chambre paraît un jardin immobile
Où des parfums errants viennent trouver asile.

Mon existence est comme un voyage accompli.
C’est le calme, c’est le refuge, c’est l’oubli.

Pour garder cette paix faite de lueurs roses,
O ma Sérénité ! tenons les portes closes.

La lampe veille sur les livres endormis,
Et le feu danse, et les meubles sont nos amis.

Je ne sais plus l’aspect glacial de la rue
chacun passe, avec une hâte recrue.

Je ne sais plus si l’on médit de nous, ni si
L’on parle encor… les mots ne font plus mal ici.

Tes cheveux sont plus beaux qu’une forêt d’automne,
Et ton art soucieux les tresse et les ordonne.

Oui, les chuchotements ont perdu leur venin,
Et la haine d’autrui n’est plus qu’un mal bénin.

Ta robe verte a des frissons d’herbes sauvages,
Mon amie, et tes yeux sont pleins de paysages.

Qui viendrait, nous troubler, nous qui sommes si loin
Des hommes ? deux enfants oubliés dans un coin ?

Loin des pavés houleux où se fanent les roses,
Où s'éraillent les chants, tenons les portes closes….

Intérieur un poème de Renée Vivien

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Renée Vivien (n° 291)  Voter pour ce poème519 votes


Les poèmes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z    

Les poètes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z