Poème glouton - 2 Poèmes sur glouton


2 poèmes


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : gélatina gélatinai gélatinaient gélatinais gélatinait gélatinâmes gélatinant gélatinas gélatinasse gélatinassent gélatinasses gélatinassiez gélatinassions gélatinât gélatinâtes gélatine gélatiné gélatinée gélatinées gélatinent gélatiner gélatinera gélatinerai gélatineraient gélatinerais gélatinerait gélatineras gélatinèrent gélatinerez ...


L'oiseau de Jupiter enlevant un mouton,
Un corbeau, témoin de l'affaire,
Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,
En voulut sur l'heure autant faire.
Il tourne à l'entour du troupeau,
Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai mouton de sacrifice :
On l'avait réservé pour la bouche des Dieux.
Gaillard corbeau disait, en le couvant des yeux :
" Je ne sais qui fut ta nourrice ;
Mais ton corps me paraît en merveilleux état :
Tu me serviras de pâture. "
Sur l'animal bêlant à ces mots il s'abat.
La moutonnière créature
Pesait plus qu'un fromage, outre que sa toison
Était d'une épaisseur extrême,
Et mêlée à peu près de la même façon
Que la barbe de Polyphème.
Elle empêtra si bien les serres du corbeau,
Que le pauvre animal ne put faire retraite.
Le berger vient, le prend, l'encage bien et beau,
Le donne à ses enfants pour servir d'amusette.

Il
faut se mesurer ; la conséquence est nette :
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.

L
'exemple est un dangereux leurre :
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs ;
Où la guêpe a passé le moucheron demeure.
Le Corbeau voulant imiter l'Aigle
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 926 votes


Les loups mangent gloutonnement.
Un
loup donc étant de frairie
Se
pressa, dit-on, tellement
Qu
'il en pensa perdre la vie :
Un
os lui demeura bien avant au gosier.
De
bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier,
Près
de là passe une cigogne.
Il
lui fait signe ; elle accourt.
Voilà
l'opératrice aussitôt en besogne.
Elle
retira l'os ; puis, pour un si bon tour,
Elle
demanda son salaire.
" Votre
salaire ? dit le loup :
Vous
riez, ma bonne commère !
Quoi ?
ce n'est pas encor beaucoup
D
'avoir de mon gosier retiré votre cou ?
Allez
, vous êtes une ingrate :
Ne
tombez jamais sous ma patte. "
Le Loup et la Cigogne
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 842 votes