Poème obscurite - 3 Poèmes sur obscurite


3 poèmes


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : obscur obscurantisme obscurantismes obscurantiste obscurantistes obscurci obscurcie obscurcies obscurcîmes obscurcir obscurcira obscurcirai obscurciraient obscurcirais obscurcirait obscurciras obscurcirent obscurcirez obscurciriez obscurcirions obscurcirons obscurciront obscurcis obscurcissaient obscurcissais obscurcissait obscurcissant obscurcisse obscurcissement ...


Lorsque le passager, sur un vaisseau qui sombre,
Entend autour de lui les vagues retentir,
Qu'a perte de regard la mer immense et sombre
Se soulève pour l'engloutir,

Sans espoir de salut et quand le pont s'entr'ouvre,
Parmi les mâts brisés, terrifié, meurtri,
Il redresse son front hors du flot qui le couvre,
Et pousse au large un dernier cri.

Cri vain ! cri déchirant ! L'oiseau qui plane ou passe
Au delà du nuage a frissonné d'horreur,
Et les vents déchaînés hésitent dans l'espace
À l'étouffer sous leur clameur.

Comme ce voyageur, en des mers inconnues,
J'erre et vais disparaître au sein des flots hurlants ;
Le gouffre est à mes pieds, sur ma tête les nues
S'amoncellent, la foudre aux flancs.

Les ondes et les cieux autour de leur victime
Luttent d'acharnement, de bruit, d'obscurité ;
En proie à ces conflits, mon vaisseau sur l'abîme
Court sans boussole et démâté.

Mais ce sont d'autres flots, c'est un bien autre orage
Qui livre des combats dans les airs ténébreux ;
La mer est plus profonde et surtout le naufrage
Plus complet et plus désastreux.

Jouet de l'ouragan qui l'emporte et le mène,
Encombré de trésors et d'agrès submergés,
Ce navire perdu, mais c'est la nef humaine,
Et nous sommes les naufragés.

L'équipage affolé manœuvre en vain dans l'ombre ;
L'Épouvante est à bord, le Désespoir, le Deuil ;
Assise au gouvernail, la Fatalité sombre
Le dirige vers un écueil.

Moi, que sans mon aveu l'aveugle Destinée
Embarqua sur l'étrange et frêle bâtiment,
Je ne veux pas non plus, muette et résignée,
Subir mon engloutissement.

Puisque, dans la stupeur des détresses suprêmes,
Mes pâles compagnons restent silencieux,
À ma voix d'enlever ces monceaux d'anathèmes
Qui s'amassent contre les cieux.

Afin qu'elle éclatât d'un jet plus énergique,
J'ai, dans ma résistance à l'assaut des flots noirs,
De tous les cœurs en moi, comme en un centre unique,
Rassemblé tous les désespoirs.

Qu'ils vibrent donc si fort, mes accents intrépides,
Que ces mêmes cieux sourds en tressaillent surpris ;
Les airs n'ont pas besoin, ni les vagues stupides,
Pour frissonner d'avoir compris.

Ah ! c'est un cri sacré que tout cri d'agonie :
Il proteste, il accuse au moment d'expirer.
Eh bien ! ce cri d'angoisse et d'horreur infinie,
Je l'ai jeté ; je puis sombrer !
Le cri
Poèmes de Louise Ackermann

Citations de Louise Ackermann
Plus sur ce poème | Voter pour ce poème | 171 votes

Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre
l'obscurité luttant avec effort,
Ah !
Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser
le voile de la mort.

Nous
, pour le proférer ce même cri terrible,
Nous
avons devancé les affres du trépas ;
Notre
œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C
'est notre esprit qui ne voit pas.

Il
tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre,
A
chaque pas qu'il fait forcé de s'arrêter ;
Et
, bien loin de percer cet épais réseau d'ombre,
Il
peut à peine l'écarter.

Parfois
son désespoir confine à la démence.
Il
s'agite, il s'égare au sein de l'Inconnu,
Tout
prêt à se jeter, dans son angoisse immense,
Sur
le premier flambeau venu.

La
Foi lui tend le sien en lui disant : « J'éclaire !
Tu
trouveras en moi la fin de tes tourments. »
Mais
lui, la repoussant du geste avec colère,
A
déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton
prétendu flambeau n'a jamais sur la terre
Apporté
qu'un surcroît d'ombre et de cécité ;
Mais
réponds-nous d'abord : est-ce avec ton mystère
Que
tu feras de la clarté ? »

La
Science à son tour s'avance et nous appelle.
Ce
ne sont entre nous que veilles et labeurs.
Eh
bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N
'ont arraché que les lueurs.

Sans
doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un
peu de jour s'est fait où ses rayons portaient ;
Mais
son pouvoir ne va qu'à chasser des ténèbres
Les
fantômes qui les hantaient.

Et
l'homme est là, devant une obscurité vide,
Sans
guide désormais, et tout au désespoir
De
n'avoir pu forcer, en sa poursuite avide,
L
'Invisible à se laisser voir.

Rien
ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans
son âme et son sang il est enraciné,
Et
le rêve divin de la lumière obsède
A
jamais cet aveugle-né.

Qu
'on ne lui parle pas de quitter sa torture.
S
'il en souffre, il en vit ; c'est là son élément ;
Et
vous n'obtiendrez pas de cette créature
Qu
'elle renonce à son tourment.

De
la lumière donc ! Bien que ce mot n'exprime
Qu
'un désir sans espoir qui va s'exaspérant.
A
force d'être en vain poussé, ce cri sublime
Devient
de plus en plus navrant.

Et
, quand il s'éteindra, le vieux Soleil lui-même
Frissonnera
d'horreur dans son obscurité,
En
l'entendant sortir, comme un adieu suprême,
Des
lèvres de l'Humanité
De la Lumière !
Poèmes de Louise Ackermann

Citations de Louise Ackermann
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 614 votes