Poème rendait - 4 Poèmes sur rendait


4 poèmes


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : renauda renaudai renaudais renaudait renaudas renaudât renaude renaudes rendais rendait rende rendes rendis rendit rendît rends rendu rendue rendues rendus ronde rondeau rondes rondi rondie rondies rondis rondit rondît ...

L'hyménée et l'amour de Louise Ackermann


Sur le seuil des enfers Eurydice éplorée
S'évaporait légère, et cette ombre adorée
À son époux en vain dans un suprême effort
Avait tendu les bras. Vers la nuit éternelle,
Par delà les flots noirs le Destin la rappelle ;
Déjà la barque triste a gagné l'autre bord.

Tout entier aux regrets de sa perte fatale,
Orphée erra longtemps sur la rive infernale.
Sa voix du nom chéri remplit ces lieux déserts.
Il repoussait du chant la douceur et les charmes ;
Mais, sans qu'il la touchât, sa lyre sous ses larmes
Rendait un son plaintif qui mourait dans les airs.

Enfin, las d'y gémir, il quitta ce rivage
Témoin de son malheur. Dans la Thrace sauvage
Il s'arrête, et là, seul, secouant la torpeur
Où le désespoir sombre endormait son génie,
Il laissa s'épancher sa tristesse infinie
En de navrants accords arrachés à son coeur.

Ce fut le premier chant de la douleur humaine
Que ce cri d'un époux et que sa plainte vaine ;
La parole et la lyre étaient des dons récents.
Alors la poésie émue et colorée
Voltigeait sans effort sur la lèvre inspirée
Dans la grâce et l'ampleur de ses jeunes accents.

Des sons harmonieux telle fut la puissance
Qu'elle adoucit bientôt cette amère souffrance ;
Un sanglot moins profond sort de ce sein brisé.
La Muse d'un sourire a calmé le poète ;
Il sent, tandis qu'il chante, une vertu secrète
Descendre lentement dans son coeur apaisé.

Et tout à coup sa voix qu'attendrissent encore
Les larmes qu'il versa, prend un accent sonore.
Son chant devient plus pur ; grave et mélodieux,
Il célèbre à la fois dans son élan lyrique
L'Hyménée et l'Amour, ce beau couple pudique
Qui marche heureux et fier sous le regard des Dieux.

Il les peint dans leur force et dans la confiance
De leurs voeux éternels. Sur le Temps qui s'avance
Ils ont leurs yeux fixés que nul pleur n'a ternis.
Leur présence autour d'eux répand un charme austère ;
Mais ces enfants du ciel descendus sur la terre
Ne sont vraiment divins que quand ils sont unis.

Oui, si quelque erreur triste un moment les sépare,
Dans leurs sentiers divers bientôt chacun s'égare.
Leur pied mal affermi trébuche à tout moment.
La Pudeur se détourne et les Grâces décentes,
Qui les suivaient, formant des danses innocentes,
Ont à l'instant senti rougir leur front charmant.

Eux seuls en l'enchantant font à l'homme éphémère
Oublier ses destins. Leur main douce et légère
Le soutient dans la vie et le guide au tombeau.
Si les temps sont mauvais et si l'horizon semble
S'assombrir devant eux, ils l'éclairent ensemble,
Appuyés l'un sur l'autre et n'ayant qu'un flambeau.

Pour mieux entendre Orphée, au sein de la nature
Tout se taisait ; les vents arrêtaient leur murmure.
Même les habitants de l'Olympe éthéré
Oubliaient le nectar ; devant leur coupe vide
Ils écoutaient charmés, et d'une oreille avide,
Monter vers eux la voix du mortel inspiré.

Ces deux divinités que chantait l'hymne antique
N'ont rien perdu pour nous de leur beauté pudique ;
Leur front est toujours jeune et serein. Dans leurs yeux
L'immortelle douceur de leur âme respire.
Calme et pur, le bonheur fleurit sous leur sourire ;
Un parfum sur leurs pas trahit encor les Dieux.

Bien des siècles ont fui depuis l'heure lointaine
Où la Thrace entendit ce chant ; sur l'âme humaine
Plus d'un souffle a passé; mais l'homme sent toujours
Battre le même coeur au fond de sa poitrine.
Gardons-nous d'y flétrir la fleur chaste et divine
De l'amour dans l'hymen éclose aux anciens jours.

L'âge est triste ; il pressent quelque prochaine crise.
Déjà plus d'un lien se relâche ou se brise.
On se trouble, on attend. Vers un but ignoré
Lorsque l'orage est là qui bientôt nous emporte,
Ah ! pressons, s'il se peut, d'une étreinte plus forte
Un coeur contre le nôtre, et dans un noeud sacré.

L'hyménée et l'amour un poème de Louise Ackermann

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Louise Ackermann (n° 498)  Voter pour ce poème101 votes

Une charogne de Charles Baudelaire


Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce
beau matin d'été si doux :
Au
détour d'un sentier une charogne infâme
Sur
un lit semé de cailloux,

Les
jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante
et suant les poisons,
Ouvrait
d'une façon nonchalante et cynique
Son
ventre plein d'exhalaisons.

Le
soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme
afin de la cuire à point,
Et
de rendre au centuple à la grande nature
Tout
ce qu'ensemble elle avait joint ;

Et
le ciel regardait la carcasse superbe
Comme
une fleur s'épanouir.
La
puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous
crûtes vous évanouir.

Les
mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D
'où sortaient de noirs bataillons
De
larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le
long de ces vivants haillons.

Tout
cela descendait, montait comme une vague,
Ou
s'élançait en pétillant ;
On
eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait
en se multipliant.

Et
ce monde rendait une étrange musique,
Comme
l'eau courante et le vent,
Ou
le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite
et tourne dans son van.

Les
formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une
ébauche lente à venir,
Sur
la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement
par le souvenir.

Derrière
les rochers une chienne inquiète
Nous
regardait d'un œil fâché,
Épiant
le moment de reprendre au squelette
Le
morceau qu'elle avait lâché.

-
Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
À
cette horrible infection,
Étoile
de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous
, mon ange et ma passion !

Oui
! Telle vous serez, ô la reine des grâces,
Après
les derniers sacrements
Quand
vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir
parmi les ossements.

Alors
, ô ma beauté ! Dites à la vermine
Qui
vous mangera de baisers,
Que
j'ai gardé la forme et l'essence divine
De
mes amours décomposés !

Une charogne un poème de Charles Baudelaire

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 245)  Voter pour ce poème598 votes

Le Chat et un vieux Rat de Jean de La Fontaine


J'ai lu chez un conteur de fables,
Qu
'un second Rodilard, l'Alexandre des chats,
L
'Attila, le fléau des rats,
Rendait
ces derniers misérables.
J
'ai lu, dis-je, en certain auteur,
Que
ce chat exterminateur,
Vrai
Cerbère, était craint une lieue à la ronde :
Il
voulait de souris dépeupler tout le monde.
Les
planches qu'on suspend sur un léger appui,
La
mort-aux-rats, les souricières,
N
'étaient que jeux au prix de lui.
Comme
il voit que dans leurs tanières
Les
souris étaient prisonnières,
Qu
'elles n'osaient sortir qu'il avait beau chercher,
Le
galand fait le mort, et du haut d'un plancher
Se
pend la tête en bas : la bête scélérate
A
de certains cordons se tenait par la patte.
Le
peuple des souris croit que c'est châtiment,
Qu
'il a fait un larcin de rôt ou de fromage,
Égratigné
quelqu'un, causé quelque dommage ;
Enfin
qu'on a pendu le mauvais garnement.
Toutes
, dis-je, unanimement
Se
promettent de rire à son enterrement,
Mettent
le nez à l'air, montrent un peu la tête,
Puis
rentrent dans leurs nids à rats,
Puis
ressortant font quatre pas,
Puis
enfin se mettent en quête.
Mais
voici bien une autre fête :
Le
pendu ressuscite ; et, sur ses pieds tombant,
Attrape
les plus paresseuses.
" Nous
en savons plus d'un, dit-il en les gobant :
C
'est tour de vieille guerre ; et vos cavernes creuses
Ne
vous sauveront pas, je vous en avertis :
Vous
viendrez toutes au logis. "
Il
prophétisait vrai : notre maître Mitis
Pour
la seconde fois les trompe et les affine,
Blanchit
sa robe et s'enfarine ;
Et
de la sorte déguisé,
Se
niche et se blottit dans une huche ouverte.
Ce
fut à lui bien avisé :
La
gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte.
Un
rat, sans plus, s'abstient d'aller flairer autour :
C
'était un vieux routier, il savait plus d'un tour ;
Même
il avait perdu sa queue à la bataille.
" Ce
bloc enfariné ne me dit rien qui vaille,
S
'écria-t-il de loin au général des chats :
Je
soupçonne dessous encor quelque machine :
Rien
ne te sert d'être farine ;
Car
, quand tu serais sac, je n'approcherais pas. "
C
'était bien dit à lui ; j'approuve sa prudence :
Il
était expérimenté,
Et
savait que la méfiance
Est
mère de la sûreté.

Le Chat et un vieux Rat un poème de Jean de La Fontaine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 417)  Voter pour ce poème508 votes

Idylle de Alfred de Musset


A quoi passer la nuit quand on soupe en carême ?
Ainsi
, le verre en main, raisonnaient deux amis.
Quels
entretiens choisir, honnêtes et permis,
Mais
gais, tels qu'un vieux vin les conseille et les aime ?

RODOLPHE


Parlons
de nos amours ; la joie et la beauté
Sont
mes dieux les plus chers, après la liberté.
Ébauchons
, en trinquant, une joyeuse idylle.
Par
les bois et les prés, les bergers de Virgile
Fêtaient
la poésie à toute heure, en tout lieu ;
Ainsi
chante au soleil la cigale-dorée.
D
'une voix plus modeste, au hasard inspirée,
Nous
, comme le grillon, chantons au coin du feu.

ALBERT


Faisons
ce qui te plaît. Parfois, en cette vie,
Une
chanson nous berce et nous aide à souffrir,
Et
, si nous offensons l'antique poésie,
Son
ombre même est douce à qui la sait chérir.


RODOLPHE


Rosalie
est le nom de la brune fillette
Dont
l'inconstant hasard m'a fait maître et seigneur.
Son
nom fait mon délice, et, quand je le répète,
Je
le sens, chaque fois, mieux gravé dans mon coeur.

ALBERT


Je
ne puis sur ce ton parler de mon amie.
Bien
que son nom aussi soit doux à prononcer,
J e
ne saurais sans honte à tel point l'offenser,
Et
dire, en un seul mot, le secret de ma vie.

RODOLPHE


Que
la fortune abonde en caprices charmants
Dès
nos premiers regards nous devînmes amants.
C
'était un mardi gras dans une mascarade ;
Nous
soupions ; - la Folie agita ses grelots,
Et
notre amour naissant sortit d'une rasade,
Comme
autrefois Vénus de l'écume des flots.

ALBERT


Quels
mystères profonds dans l'humaine misère !
Quand
, sous les marronniers, à côté de sa mère,
Je
la vis, à pas lents, entrer si doucement
(Son
front était si pur, son regard si tranquille ! ),
Le
ciel m'en est témoin, dès le premier moment,
Je
compris que l'aimer était peine inutile ;
Et
cependant mon coeur prit un amer plaisir
À
sentir qu'il aimait et qu'il allait souffrir !

RODOLPHE


Depuis
qu'à mon chevet rit cette tête folle,
Elle
en chasse à la fois le sommeil et l'ennui ;
Au
bruit de nos baisers le temps joyeux s'envole,
Et
notre lit de fleurs n'a pas encore un pli.

ALBERT


Depuis
que dans ses yeux ma peine a pris naissance,
Nul
ne sait le tourment dont je suis déchiré.
Elle-même
l'ignore, - et ma seule espérance
Est
qu'elle le devine un jour, quand j'en mourrai.

RODOLPHE


Quand
mon enchanteresse entr'ouvre sa paupière,
Sombre
comme la nuit, pur comme la lumière,
Sur
l'émail de ses yeux brille un noir diamant.

ALBERT


Comme
sur une fleur une goutte de pluie,
Comme
une pâle étoile au fond du firmament,
Ainsi
brille en tremblant le regard de ma vie.

RODOLPHE


Son
front n'est pas plus grand que celui de Vénus.
Par
un noeud de ruban deux bandeaux retenus
L
'entourent mollement d'une fraîche auréole ;
Et
, lorsqu'au pied du lit tombent ses longs cheveux,
On
croirait voir, le soir, sur ses flancs amoureux,
Se
dérouler gaiement la mantille espagnole.

ALBERT


Ce
bonheur à mes yeux n'a pas été donné
De
voir jamais ainsi la tête bien-aimée.
Le
chaste sanctuairesiège sa pensée
D
'un diadème d'or est toujours couronné.

RODOLPHE


Voyez-la
, le matin, qui gazouille et sautille ;
Son
coeur est un oiseau, - sa bouche est une fleur.
C
'est là qu'il faut saisir cette indolente fille,
Et
, sur la pourpre vive où le rire pétille,
De
son souffle enivrant respirer la fraîcheur.

ALBERT


Une
fois seulement, j'étais le soir près d'elle ;
Le
sommeil lui venait et la rendait plus belle ;
Elle
pencha vers moi son front plein de langueur,
Et
, comme on voit s'ouvrir une rose endormie,
Dans
un faible soupir, des lèvres de ma mie,
Je
sentis s'exhaler le parfum de son coeur.

RODOLPHE


Je
voudrais voir qu'un jour ma belle dégourdie,
Au
cabaret voisin de champagne étourdie,
S
'en vînt, en jupon court, se glisser dans tes bras.
Qu
'adviendrait-il alors de ta mélancolie ?
Car
enfin toute chose est possible ici-bas.

ALBERT


Si
le profond regard de ma chère maîtresse
Un
instant par hasard s'arrêtait sur le tien,
Qu
'adviendrait-il alors de cette folle ivresse ?
Aimer
est quelque chose, et le reste n'est rien.

RODOLPHE


Non
, l'amour qui se tait n'est qu'une rêverie.
Le
silence est la mort, et l'amour est la vie ;
Et
c'est un vieux mensonge à plaisir inventé,
Que
de croire au bonheur hors, de la volupté !
Je
ne puis partager ni plaindre ta souffrance
Le
hasard est là-haut pour les audacieux ;
Et
celui dont la crainte a tué l'espérance
Mérite
son malheur et fait injure aux dieux.

ALBERT


Non
, quand leur âme immense entra dans la nature,
Les
dieux n'ont pas tout dit à la matière impure
Qui
reçut dans ses flancs leur forme et leur beauté.
C
'est une vision que la réalité.
Non
, des flacons brisés, quelques vaines paroles
Qu
'on prononce au hasard et qu'on croit échanger,
Entre
deux froids baisers quelques rires frivoles,
Et
d'un être inconnu le contact passager,
Non
, ce n'est pas l'amour, ce n'est pas même un rêve,
Et
la satiété, qui succède au désir,
Amène
un tel dégoût quand le coeur se soulève,
Que
je ne sais, au fond, si c'est peine ou plaisir.

RODOLPHE


Est-ce
peine ou plaisir, une alcôve bien close,
Et
le punch allumé, quand il fait mauvais temps ?
Est-ce
peine ou plaisir, l'incarnat de la rose,
La
blancheur de l'albâtre et l'odeur du printemps ?
Quand
la réalité ne serait qu'une image,
Et
le contour léger des choses d'ici-bas,
Me
préserve le ciel d'en savoir davantage !
Le
masque est si charmant, que j'ai peur du visage,
Et
même en carnaval je n'y toucherais pas.

ALBERT


Une
larme en dit plus que tu n'en pourrais dire.

RODOLPHE


Une
larme a son prix, c'est la soeur d'un sourire.
Avec
deux yeux bavards parfois j'aime à jaser ;
Mais
le seul vrai langage au monde est un baiser.

ALBERT


Ainsi
donc, à ton gré dépense ta paresse.
O
mon pauvre secret ! que nos chagrins sont doux !

RODOLPHE


Ainsi
donc, à ton gré promène ta tristesse.
O
mes pauvres soupers ! comme on médit de vous !

ALBERT


Prends
garde seulement que ta belle étourdie
Dans
quelque honnête ennui ne perde sa gaieté.

RODOLPHE


Prends
garde seulement que ta rose endormie
Ne
trouve un papillon quelque beau soir d'été.

ALBERT


Des
premiers feux du jour j'aperçois la lumière.

RODOLPHE


Laissons
notre dispute et vidons notre verre.
Nous
aimons, c'est assez, chacun à sa façon.
J
'en ai connu plus d'une, et j'en sais la chanson.
Le
droit est au plus fort, en amour comme en guerre,
Et
la femme qu'on aime aura toujours raison.

Idylle un poème de Alfred de Musset

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Alfred de Musset (n° 413)  Voter pour ce poème509 votes


Les poèmes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z    

Les poètes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z