Poèmes de Pierre de Ronsard



Poèmes
Informations sur le poète
Poète et courtisan français (1524-1585) salué par les cours et les humanistes européens de la Renaissance comme le successeur d'Homère en France.

3 poèmes (Page 1 sur un total de 2 pages)


Si c'est aimer, Madame, et de jour, et de nuit
Rêver
, songer, penser le moyen de vous plaire,
Oublier
toute chose, et ne vouloir rien faire
Qu'adorer
et servir la beauté qui me nuit :

Si
c'est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,
De
me perdre moi même et d'être solitaire,
Souffrir
beaucoup de mal, beaucoup craindre et me taire,
Pleurer
, crier merci, et m'en voir éconduit :

Si
c'est aimer que de vivre en vous plus qu'en moi même,
Cacher
d'un front joyeux, une langueur extrême,
Sentir
au fond de l'âme un combat inégal,
Chaud
, froid, comme la fièvre amoureuse me traite :

Honteux
, parlant à vous de confesser mon mal !
Si
cela est aimer : furieux je vous aime :
Je
vous aime et sait bien que mon mal est fatal :
Le
coeur le dit assez, mais la langue est muette.


Madrigal
Poèmes de Pierre de Ronsard

Citations de Pierre de Ronsard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 176 votes


A Cassandre

Mignonne
, allons voir si la rose
Qui
ce matin avoit desclose
Sa
robe de pourpre au Soleil,
A
point perdu ceste vesprée
Les
plis de sa robe pourprée,
Et
son teint au vostre pareil.

Las
! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne
, elle a dessus la place
Las
! las ses beautez laissé cheoir !
Ô
vrayment marastre Nature,
Puis
qu'une telle fleur ne dure
Que
du matin jusques au soir !

Donc
, si vous me croyez, mignonne,
Tandis
que vostre âge fleuronne
En
sa plus verte nouveauté,
Cueillez
, cueillez vostre jeunesse :
Comme
à ceste fleur la vieillesse
Fera
ternir vostre beauté.
Mignonne, allons voir si la rose
Poèmes de Pierre de Ronsard

Citations de Pierre de Ronsard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 285 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poèmes de Pierre de Ronsard


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses