Poème campagne - 6 Poèmes sur campagne



Poèmes

6 poèmes

Phonétique : campagnard campagnarde campagnardes campagnards campagne campagnes campagnol campagnols compagne compagnes compagnie compagnies compagnon compagnonnage compagnonnages compagnons Compiègne


Du temps que la nature en sa verve puissante
Concevait
chaque jour des enfants monstrueux,
J
'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante,
Comme
aux pieds d'une reine un chat voluptueux.

J
'eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
Et
grandir librement dans ses terribles jeux ;
Deviner
si son cœur couve une sombre flamme
Aux
humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;

Parcourir
à loisir ses magnifiques formes ;
Ramper
sur le versant de ses genoux énormes,
Et
parfois en été, quand les soleils malsains,

Lasse
, la font s'étendre à travers la campagne,
Dormir
nonchalamment à l'ombre de ses seins,
Comme
un hameau paisible au pied d'une montagne.
La Géante
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 291 votes


Demain, dès l'aube, à l'heureblanchit la campagne,
Je
partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J
'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je
ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je
marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans
rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul
, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste
, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je
ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni
les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et
quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un
bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Demain, dès l'aube
Poèmes de Victor Hugo

Citations de Victor Hugo
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 322 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème campagne - 6 Poèmes sur campagne


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses