Poème absence - 8 Poèmes sur absence


8 poèmes


Synonymes (Cliquez pour la liste complète) : absentéisme abstraction amnésie apathie bévue carence défaillance défaut défection départ disette disparition distance distraction échappée éclipse école buissonnière égarement éloignement escapade faute fugue inattention manque omission oubli privation rien séparation ...

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : abaissaient abaissant abaissante abaissantes abaissants abaissent abaissions abaissons absence absences absent absentâmes absentassiez absentassions absentâtes absente absenté absentée absentées absentéisme absentéismes absentéiste absentéistes absenter absenterez absenteriez absenterions absenterons absentes ...


Si je vous dis : j'ai tout abandonné
C
'est qu'elle n'est pas celle de mon corps,
Je
ne m'en suis jamais vanté,
Ce
n'est pas vrai
Et
la brume de fond où je me meus
Ne
sait jamais si j'ai passé.

L
'éventail de sa bouche, le reflet de ses yeux,
Je
suis le seul à en parler,
je
suis le seul qui soit concerné
Par
ce miroir si nul où l'air circule à travers moi
Et
l'air a un visage aimant, ton visage,
A
toi qui n'as pas de nom et que les autres ignorent,
La
mer te dit : sur moi, le ciel te dit : sur moi,
Les
astres te devinent, les nuages t'imaginent
Et
le sang de la générosité
Te
porte avec délices.
Je
chante la grande joie de te chanter,
La
grande joie de t'avoir ou de ne pas t'avoir,
La
candeur de t'attendre, l'innocence de te connaitre,

O
toi qui supprimes l'oubli, l'espoir et l'ignorance,
Qui
supprimes l'absence et qui me mets au monde,
Je
chante pour chanter, je t'aime pour chanter
Le
mystère où l'amour me crée et se délivre.

Tu
es pure, tu es encore plus pure que moi-même.
Celle de toujours, toute
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 470 votes


Toi la seule et j'entends les herbes de ton rire
Toi
c'est la tête qui t'enlève
Et
du haut des dangers de mort
Sur
les globes brouillés de pluie des vallées
Sous
la lumière lourde sous le ciel de terre
Tu
enfantes la chute.

Les
oiseaux ne sont plus un abri suffisant
Ni
la paresse ni la fatigue
Le
souvenir des bois et des ruisseaux fragiles
Au
matin des caprices
Au
matin des caresses visibles
Au
grand matin de l'absence la chute.
Les
barques de tes yeux s'égarent
Dans
la dentelle des disparitions
Le
gouffre est dévoilé aux autres de l'éteindre
Les
ombres que tu crées n'ont pas droit à la nuit.
Toi la seule
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 490 votes