Poème clamais - 2 Poèmes sur clamais



Poèmes

2 poèmes

Phonétique : celâmes cillâmes clam clama clamai clamais clamait clamâmes clamas clamât clame clamé clamée clamées clames clamés clams clamsé climat clouâmes


Lorsque tu ne seras, dans quelque humble retraite,
Qu
'un homme vieux et fatigué;
Lorsque
sera terni le charme que te prête
Ton
beau sourire triste et gai;

Quand
ton oeil studieux dont la langueur observe,
Et
même semble discuter,
N
'aura plus sa rêveuse et vigilante verve,
Et
son bleu calice éclaté,

Quand
nul ne fera plus tinter à ton oreille
L
'éloge que tu réclamais,
Songe
, ô futur cadavre, éphémère merveille,
Avec
quel excès je t'aimais !

Rappelle
à ton orgueil, s'il souffre et s'inquiète,
Que
c'est moi-même, et non pas toi,
Qui
voulus, rapprochant sournoisement nos têtes,
Ce
baiser tendre, humide et droit,

Cet
unique baiser qui met en équilibre
Deux
visages encore errants,
Et
qui ne m'a jamais plus permis d'être libre,
En
mon coeur vivace et mourant...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 161 votes


Oui, la douceur est toujours feinte
En
amour. - Croirais-tu vraiment
Que
ce brillant contentement
Ne
masquât pas d'amères plaintes ?

Certes
tout mon être bénit
Ta
vie où j'ai mis l'infini,
Mais
, corps charmant, ô coeur de roche,
Toi
que j'aime! un constant reproche
Émane
de mes yeux séduits.
Quoi!
toujours t'admirer, et puis
Toujours
, en silence, surprendre
Tes
défauts, - et, d'un coeur plus tendre,
Mêlé
de louanges, de pleurs,
Te
voiler mon humble colère
Ah!
réclamais-je ces douleurs ?
-
Et de quel droit viens-tu me plaire ?...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 155 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème clamais - 2 Poèmes sur clamais


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses