Poème l+aspect - 9 Poèmes sur l+aspect



Poèmes

9 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : éléis élidé élis élit élu éludé élue élues élus élut élût hâla hâlai hâlais hâlait hâlas hâlât hâle hâlé hâlée hâlées hâles hâlés héla hélai hélais hélait hélas hélât ...


Lorsque, par un décret des puissances suprêmes,
Le poète apparaît dans ce monde ennuyé,
Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié :

- Ah ! Que n'ai-je mis bas tout un nœud de vipères,
Plutôt que de nourrir cette dérision !
Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères
Où mon ventre a conçu mon expiation !

Puisque tu m'as choisie entre toutes les femmes
Pour être le dégoût de mon triste mari,
Et que je ne puis pas rejeter dans les flammes,
Comme un billet d'amour, ce monstre rabougri,

Je ferai rejaillir la haine qui m'accable
Sur l'instrument maudit de tes méchancetés,
Et je tordrai si bien cet arbre misérable,
Qu'il ne pourra pousser ses boutons empestés !

Elle ravale ainsi l'écume de sa haine,
Et, ne comprenant pas les desseins éternels,
Elle-même prépare au fond de la Géhenne
Les bûchers consacrés aux crimes maternels.

Pourtant, sous la tutelle invisible d'un ange,
L'enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil.

Il joue avec le vent, cause avec le nuage,
Et s'enivre en chantant du chemin de la croix ;
Et l'esprit qui le suit dans son pèlerinage
Pleure de le voir gai comme un oiseau des bois.

Tous ceux qu'il veut aimer l'observent avec crainte,
Ou bien, s'enhardissant de sa tranquillité,
Cherchent à qui saura lui tirer une plainte,
Et font sur lui l'essai de leur férocité.

Dans le pain et le vin destinés à sa bouche
Ils mêlent de la cendre avec d'impurs crachats ;
Avec hypocrisie ils jettent ce qu'il touche,
Et s'accusent d'avoir mis leurs pieds dans ses pas.

Sa femme va criant sur les places publiques :
Puisqu'il me trouve assez belle pour m'adorer,
Je ferai le métier des idoles antiques,
Et comme elles je veux me faire redorer ;

Et je me soûlerai de nard, d'encens, de myrrhe,
De génuflexions, de viandes et de vins,
Pour savoir si je puis dans un cœur qui m'admire
Usurper en riant les hommages divins !

Et, quand je m'ennuierai de ces farces impies,
Je poserai sur lui ma frêle et forte main ;
Et mes ongles, pareils aux ongles des harpies,
Sauront jusqu'à son cœur se frayer un chemin.

Comme un tout jeune oiseau qui tremble et qui palpite,
J'arracherai ce cœur tout rouge de son sein,
Et, pour rassasier ma bête favorite,
Je le lui jetterai par terre avec dédain !

Vers le ciel, où son œil voit un trône splendide,
Le poète serein lève ses bras pieux,
Et les vastes éclairs de son esprit lucide
Lui dérobent l'aspect des peuples furieux :

- Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance
Comme un divin remède à nos impuretés
Et comme la meilleure et la plus pure essence
Qui prépare les forts aux saintes voluptés !

Je sais que vous gardez une place au poète
Dans les rangs bienheureux des saintes légions,
Et que vous l'invitez à l'éternelle fête
Des trônes, des vertus, des dominations.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Mais les bijoux perdus de l'antique Palmyre,
Les métaux inconnus, les perles de la mer,
Par votre main montés, ne pourraient pas suffire
À ce beau diadème éblouissant et clair ;

Car il ne sera fait que de pure lumière,
Puisée au foyer saint des rayons primitifs,
Et dont les yeux mortels, dans leur splendeur entière,
Ne sont que des miroirs obscurcis et plaintifs !
Bénédiction
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 329 votes


Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans
la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne
pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter
l’ancre un seul jour ?

Ô
lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et
près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde
! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
tu la vis s’asseoir !

Tu
mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi
tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi
le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur
ses pieds adorés.

Un
soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On
n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que
le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes
flots harmonieux.

Tout
à coup des accents inconnus à la terre
Du
rivage charmé frappèrent les échos ;
Le
flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa
tomber ces mots :

Ô
temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez
votre cours :
Laissez-nous
savourer les rapides délices
Des
plus beaux de nos jours !

Assez
de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez
, coulez pour eux ;
Prenez
avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez
les heureux.

Mais
je demande en vain quelques moments encore,
Le
temps m’échappe et fuit ;
Je
dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va
dissiper la nuit.

Aimons
donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous
, jouissons !
L’homme
n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il
coule, et nous passons !

Temps
jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent
loin de nous de la même vitesse
Que
les jours de malheur ?

Eh
quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi
! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce
temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne
nous les rendra plus !

Éternité
, néant, passé, sombres abîmes,
Que
faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez
: nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que
vous nous ravissez ?

Ô
lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous
, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez
de cette nuit, gardez, belle nature,
Au
moins le souvenir !

Qu’il
soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau
lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et
dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui
pendent sur tes eaux.

Qu’il
soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans
les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans
l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface
De
ses molles clartés.

Que
le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que
les parfums légers de ton air embaumé,
Que
tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout
dise : Ils ont aimé !
Le lac
Poèmes de Alphonse de Lamartine

Citations de Alphonse de Lamartine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 248 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème l+aspect - 9 Poèmes sur l+aspect


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses