Poème primer - 3 Poèmes sur primer



Poèmes

3 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : hypermarché hypermarchés Paramaribo périmer périmera périmerai périmeraient périmerais périmerait périmeras périmèrent périmerez périmeriez périmerions périmerons périmeront permirent premier premier-né première première-née premièrement premières premières-nées premiers premiers-nés primaire primaires primarisa ...


Les représentants tout-puissants du désir
Des
yeux graves nouveaux-nés
Pour
supprimer la lumière
L’arc
de tes seins tendu par un aveugle
Qui
se souvient de tes mains
Ta
faible chevelure
Est
dans le fleuve ignorant de ta tête
Caresses
au fil de la peau
Et
ta bouche qui se tait
Peut
prouver l’impossible.
Les représentants tout-puissants du désir
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 208 votes


Je ne veux pas souffrir du doute,
Ni
que tu m'épargnes, ni même
Que
, concevant combien je t'aime,
Tu
m'accompagnes sur ma route.

Quels
efforts pourraient comprimer
Ton
ennui, ton désir, tes voeux ?
Si
quelqu'un te plaît, va l'aimer !
Aborde
ces yeux, ces cheveux,
Dévaste
ce nouveau visage,
Goûte
ce coeur riant ou sage,
Cours
vers ton allègre espérance !
Tu
connaîtras la différence

De
la feinte et de la paresse
D
'avec mon incessante ivresse !
-
Un jour j'aurai ta préférence.
Il
n'est pour moi d'autre rivale
Qu
'une ardeur à la mienne égale !

Qu
'importe à mon coeur qui t'imprègne
De
sa tendre et secrète rage
Qu
'une femme que je dédaigne
Puisse
te plaire davantage !
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 184 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème primer - 3 Poèmes sur primer


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses