Poème quelquefois - 15 Poèmes sur quelquefois


15 poèmes


Phonétique : quelquefois

Endymion de Louise Ackermann


Endymion s'endort sur le mont solitaire,
Lui que Phœbé la nuit visite avec mystère,
Qu'elle adore en secret, un enfant, un pasteur.
Il est timide et fier, il est discret comme elle ;
Un charme grave au choix d'une amante immortelle
A désigné son front rêveur.

C'est lui qu'elle cherchait sur la vaste bruyère
Quand, sortant du nuagetremblait sa lumière,
Elle jetait au loin un regard calme et pur,
Quand elle abandonnait jusqu'à son dernier voile,
Tandis qu'à ses côtés une pensive étoile
Scintillait dans l'éther obscur.

Ô Phœbé ! le vallon, les bois et la colline
Dorment enveloppés dans ta pâleur divine ;
À peine au pied des monts flotte un léger brouillard.
Si l'air a des soupirs, ils ne sont point sensibles ;
Le lac dans le lointain berce ses eaux paisibles
Qui s'argentent sous ton regard.

Non, ton amour n'a pas cette ardeur qui consume.
Si quelquefois, le soir, quand ton flambeau s'allume,
Ton amant te contemple avant de s'endormir,
Nul éclat qui l'aveugle, aucun feu qui l'embrase ;
Rien ne trouble sa paix ni son heureuse extase ;
Tu l'éclaires sans l'éblouir.

Tu n'as pour le baiser que ton rayon timide,
Qui vers lui mollement glisse dans l'air humide,
Et sur sa lèvre pâle expire sans témoin.
Jamais le beau pasteur, objet de ta tendresse,
Ne te rendra, Phœbé, ta furtive caresse,
Qu'il reçoit, mais qu'il ne sent point.

Il va dormir ainsi sous la voûte étoilée
Jusqu'à l'heure où la nuit, frissonnante et voilée,
Disparaîtra des cieux t'entraînant sur ses pas.
Peut-être en s'éveillant te verra-t-il encore
Qui, t'effaçant devant les rougeurs de l'aurore,
Dans ta fuite lui souriras.

Endymion un poème de Louise Ackermann

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Louise Ackermann (n° 481)  Voter pour ce poème31 votes

Un autre coeur de Louise Ackermann


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Louise Ackermann (n° 502)  Voter pour ce poème23 votes

Chanson d’après-midi de Charles Baudelaire


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 456)  Voter pour ce poème573 votes

L'Homme et la mer de Charles Baudelaire


Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La
mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans
le déroulement infini de sa lame,
Et
ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu
te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu
l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se
distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au
bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous
êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme
, nul n'a sondé le fond de tes abîmes,
Ô
mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant
vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et
cependant voilà des siècles innombrables
Que
vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement
vous aimez le carnage et la mort,
Ô
lutteurs éternels, ô frères implacables !

L'Homme et la mer un poème de Charles Baudelaire

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 230)  Voter pour ce poème361 votes

Pourquoi les boeufs de Francis Jammes


Pourquoi les boeufs traînent-ils les vieux chars pesants ?
Cela
fait pitié de voir leur gros front bombé,
leurs
yeux qui ont l'air de souffrance de tomber.
Ils
font gagner le pain aux pauvres paysans.

S
'ils ne peuvent plus marcher, les vétérinaires
les
brûlent avec des drogues et des fers rouges.
Et
puis dans les champs pleins de coquelicots rouges
les
boeufs vont encore herser, racler la terre.

Il
y en a qui se casse un pied quelquefois;
alors
on tue celui-là pour la boucherie,
pauvre
boeuf qui écoutait le grillon qui crie

et
qui était obéissant aux rudes voix
des
paysans qui hersaient sous le soleil fou,
pauvre
boeuf qui allait il ne savait où.

Pourquoi les boeufs un poème de Francis Jammes

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Francis Jammes (n° 340)  Voter pour ce poème546 votes

Simonide préservé par les Dieux. de Jean de La Fontaine


On ne peut trop louer trois sortes de personnes :
Les dieux, sa maîtresse, et son roi.
Malherbe le disait ; j'y souscris, quant à moi :
Ce sont maximes toujours bonnes.
La louange chatouille et gagne les esprits.
Les faveurs d'une belle en sont souvent le prix.
Voyons comme les dieux l'ont quelquefois payée.

Simonide
, avait entrepris
L'éloge d'un athlète ; et la chose essayée,
Il trouva son sujet plein de récits tout nus.
Les parents de l'athlète étaient gens inconnus ;
Son père, un bon bourgeois ; lui, sans autre mérite ;
Matière infertile et petite.
Le poète d'abord parla de son héros.
Après en avoir dit ce qu'il en pouvait dire,
Il se jette à côté, se met sur le propos
De Castor et Pollux ; ne manque pas d'écrire
Que leur exemple était aux lutteurs glorieux ;
Élève leurs combats, spécifiant les lieux
Où ces frères s'étaient signalés davantage ;
Enfin l'éloge de ces dieux
Faisait les deux tiers de l'ouvrage.
L'athlète avait promis d'en payer un talent ;
Mais quand il le vit, le galand
N'en donna que le tiers ; et dit fort franchement
Que Castor et Pollux acquittassent le reste.
" Faites-vous contenter par ce couple céleste.
Je vous veux traiter cependant :
Venez souper chez moi ; nous ferons bonne vie :
Les conviés sont gens choisis,
Mes parents, mes meilleurs amis ;
Soyez donc de la compagnie. "
Simonide promit. Peut-être qu'il eut peur
De perdre, outre son dû, le gré de sa louange.
Il vient : l'on festine, l'on mange.
Chacun étant en belle humeur,
Un domestique accourt, l'avertit qu'à la porte
Deux hommes demandaient à le voir promptement.
Il sort de table ; et la cohorte
N'en perd pas un seul coup de dent.
Ces deux hommes étaient les gémeaux de l'éloge.
Tous deux lui rendent grâce ; et pour prix de ses vers,
Ils l'avertissent qu'il déloge,
Et que cette maison va tomber à l'envers.
La prédiction en fut vraie.
Un pilier manque ; et le plafonds,
Ne trouvant plus rien qui l'étaie,
Tombe sur le festin, brise plats et flacons,
N'en fait pas moins aux échansons.
Ce ne fut pas le pis ; car pour rendre complète
La vengeance due au poète,
Une poutre cassa les jambes à l'athlète,
Et renvoya les conviés
Pour la plupart estropiés.
La Renommée eut soin de publier l'affaire :
Chacun cria miracle. On doubla le salaire
Que méritaient les vers d'un homme aimé des dieux.
Il n'était fils de bonne mère
Qui, les payant à qui mieux mieux,
Pour ses ancêtres n'en fit faire.

Je
reviens à mon texte, et dis premièrement
Qu'on ne saurait manquer de louer largement
Les dieux et leurs pareils ; de plus, que Melpomène

Souvent
, sans déroger, trafique de sa peine ;
Enfin qu'on doit tenir notre art en quelque prix.
Les grands se font honneur dès lors qu'ils nous font grâce :
Jadis l'Olympe et le Parnasse
Étaient frères et bons amis.

Simonide préservé par les Dieux. un poème de Jean de La Fontaine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 356)  Voter pour ce poème395 votes

Les voleurs et l'Ane de Jean de La Fontaine


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 355)  Voter pour ce poème259 votes

L'Homme entre deux âges, et ses deux Maîtresses de Jean de La Fontaine


Un homme de moyen âge,
Et tirant sur le grison,
Jugea qu'il était saison
De songer au mariage.
Il avait du comptant,
Et partant
De quoi choisir ; toutes voulaient lui plaire :
En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant ;
Bien adresser n'est pas petit affaire.
Deux veuves sur son cœur eurent le plus de part :
L'une encore verte, et l'autre un peu bien mûre,
Mais qui réparait par son art
Ce qu'avait détruit la nature.
Ces deux veuves, en badinant,
En riant, en lui faisant fête,
L'allaient quelquefois testonnant,
C'est-à-dire ajustant sa tête.
La vieille, à tous moments, de sa part emportait
Un peu du poil noir qui restait,
Afin que son amant en fût plus à sa guise.
La jeune saccageait les poils blancs à son tour.
Toutes deux firent tant, que notre tête grise
Demeura sans cheveux, et se douta du tour.
" Je vous rends leur dit-il, mille grâces, les belles,
Qui m'avez si bien tondu :
J'ai plus gagné que perdu ;
Car d'hymen point de nouvelles.
Celle que je prendrais voudrait qu'à sa façon
Je vécusse, et non à la mienne.
Il n'est tête chauve qui tienne :
Je vous suis obligé, belles, de la leçon.

L'Homme entre deux âges, et ses deux Maîtresses un poème de Jean de La Fontaine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 359)  Voter pour ce poème318 votes

La Mort et le bûcheron de Jean de La Fontaine


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 358)  Voter pour ce poème290 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


À quoi veux-tu songer? À toi. Songeons à toi.
Non
, je ne juge pas ton amer caractère;
Rien
de ton coeur serré ne me parait étroit
Si
sur toi j'ai plié mon amour de la terre,

Mon
amour des humains, de l'infini, des cieux,
Ma
facile allégresse à répandre ma vie,
À
rejoindre d'un bond, par les ailes des yeux,
L
'éther qui m'appartient et dont tous ont envie !

Qu
'y a-t-il de plus sûr et de meilleur que toi,
Ou
, du moins, que l'amour brisant que tu m'inspires ?
-
Le souci, les regrets, la mort sous tous les toits,
L
'ambition qui râle et l'ennui qui soupire ! -

Moi
je suis à l'abri ! Je n'ai, pour me tuer,
Pour
me faire languir, pour créer ma détresse,
Que
l'anxieux regard dans tes yeux situé,
Que
l'accablant désertsouvent tu me laisses.

C'est assez ! Ah ! c'est trop ! Ou bien c'est suffisant !
Ces
suprêmes chagrins m'ont d'autres maux guérie;
Et
quelquefois je sens se réjouir mon sang
Quand
tu ris comme l'eau dans la fraîche prairie !

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 140)  Voter pour ce poème276 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


J'ai perdu l'univers puisque tu me suffis,
Je
vois qu'il appartient aux autres; quelquefois
Je
songe à la grandeur que l'espace eut en moi,
Mais
j'ai quitté l'azur à cause que tu vis.

Je
regarde et j'entends les secrets mouvements
De
l'infini, des sons, des parfums, des couleurs;
Mais
l'air, l'arbre, les monts ne sont qu'un vêtement
Que
j'écarte des doigts comme une humble vapeur,
Pour
que tu restes seul parmi les éléments
À
vivre dans la vie ainsi que dans mon coeur...

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 178)  Voter pour ce poème196 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Les mots que tu me dis ne comptent pas beaucoup,
Mais
si j'ai confiance en toi,
C
'est pour ce mouvement du visage et du cou
D
'une tourterelle qui boit.

Tes
projets quelquefois sont obscurs et divers,
Pourtant
jamais tu ne te nuis;
Ton
souffle dans l'espace attiédirait l'hiver,
Ton
rire est le croissant des nuits.

Je
ne puis m'abuser alors que tu me plais :
Que
peux-tu prendre ou bien donner,
Puisque
l'étonnement dont mon coeur se repaît
Est
de songer que tu es né ?...

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 54)  Voter pour ce poème218 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Matin, j'ai tout aimé, et j'ai tout trop aimé;
À
l'heure où les humains vous demandent la force
Pour
aborder la vie accommodante ou torse,
Rendez
mon coeur pesant, calme et demi-fermé.

Les
humains au réveil ont besoin qu'on les hèle,
Mais
mon esprit aigu n'a connu que l'excès;
Je
serais tel qu'eux tous, Matin! s'il vous plaisait
De
laisser quelquefois se reposer mon zèle.

C
'est par mon étendue et mon élan sans frein
Que
mon être, cherchant ses frères, les dépasse,
Et
que je suis toujours montante dans l'espace
Comme
le cri du coq et l'ouragan marin !

L
'univers chaque jour fit appel à ma vie,
J
'ai répondu sans cesse à son désir puissant
Mais
faites qu'en ce jour candide et fleurissant
Je
demeure sans voeux, sans voix et sans envie.

Atténuez
le feu qui trouble ma raison,
Que
ma sagesse seule agisse sur mon coeur,
Et
que je ne sois plus cet éternel vainqueur
Qui
, marchant le premier, sans prudence et sans peur,
Loin
des chemins tracés, des labours, des maisons,
Semble
un dieu délaissé, debout sur l'horizon...

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 64)  Voter pour ce poème229 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Puisque je ne puis pas savoir
Ce
que tu penses, je t'écoute;
Ta
voix en vain peut se mouvoir,
Je
poursuis mon songe et mon doute.

Tu
m'étonnes en étant toi,
En
ayant ton élan, ta vie;
Je
me sens toujours desservie
Par
ce que tu prétends ou crois.

-
Mais quelquefois, dans le silence,
Je
sens, comme une calme chance,
Se
révéler notre unité,
Et
j'entends les mots que tu penses
Et
que je n'ai pas écoutés...

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 86)  Voter pour ce poème160 votes

Je n'ai repos ni nuit ni jour de Théophile de Viau


Ode

Je
n'ai repos ni nuit ni jour,
Je
brûle, et je me meurs d'amour,
Tout
me nuit, personne ne m'aide,
Le
mal m'ôte le jugement,
Et
plus je cherche de remède,
Moins
je trouve d'allégement.

Je
suis désespéré, j'enrage,
Qui
me veut consoler m'outrage,
Si
je pense à ma guérison,
Je
tremble de cette espérance,
Je
me fâche de ma prison,
Et
ne crains que ma délivrance.

Orgueilleuse
et belle qu'elle est,
Elle
me tue, elle me plaît,
Ses
faveurs qui me sont si chères
Quelquefois
flattent mon tourment,
Quelquefois
elle a des colères
Qui
me poussent au monument.

Mes
amoureuses fantaisies,
Mes
passions, mes frénésies,
Qu'ai-je
plus encore à souffrir ?
Dieux
, destins, amour, ma maîtresse,
Ne
dois-je jamais ni guérir
Ni
mourir du trait qui me blesse ?

Mais
suis-je point dans un tombeau ?
Mes
yeux ont perdu leur flambeau,
Et
mon âme Iris l'a ravie ;
Encor
voudrais-je que le sort
Me
fît avoir plus d'une vie
Afin
d'avoir plus d'une mort.

Plût
aux dieux qui me firent naître
Qu'ils
eussent retenu mon être
Dans
le froid repos du sommeil,
Que
ce corps n'eût jamais eu d'âme,
Et
que l'Amour ou le Soleil
Ne
m'eussent point donné leur flamme.

Tout
ne m'apporte que du mal,
Mon
propre démon m'est fatal,
Tous
les astres me sont funestes,
J'ai
beau recourir aux autels,
Je
sens que pour moi les célestes
Sont
faibles comme les mortels.

Ô
destins ! tirez-moi de peine,
Dites-moi
, si cette inhumaine
Consent
à mon affliction :
Je
bénirai son injustice
Et
n'aurai d'autre passion
Que
de courir à mon supplice.

Las
! je ne sais ce que je veux,
Mon
âme est contrainte à mes voeux,
Ce
que je crains je le demande,
Je
cherche mon contentement,
Et
quand j'ai du mal j'appréhende
Qu'il
finisse trop promptement.

Je n'ai repos ni nuit ni jour un poème de Théophile de Viau

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Théophile de Viau (n° 455)  Voter pour ce poème444 votes


Les poèmes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z    

Les poètes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z