247 poésies d'internaute.



Faites partager votre passion pour la poésie en publiant votre poème sur Dico Poésie. Nouveaux poèmes d'internaute publiées le samedi 30 mai 2020 sur Dico - Poésie.
Comme donc nous avons dit la clarté être le plus insigne ornement du Poème : ainsi l’obscurité se comptera pour le premier vice. Car il n’y a point de différence entre ne parler point, et n’être point entendu.
[ J. Peletier du Mans ] Art poétique, Livre I, X.
Nouveau poèmes
"Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir " écrit précisément René Char. Balade en compagnie de William Shakespeare, Pierre de Ronsard, Jean de La Fontaine, Friedrich Hölderlin, Alphonse de Lamartine, John Keats, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Rabindranath Tagore, Paul Valéry, Louis Aragon, Paul Eluard, Jacques Prévert, Pablo Neruda, Yves Bonnefoy, Adonis, François Cheng, Joseph Brodsky, Nimrod et bien d'autres...

Page 1 sur un total de 50 pages.

En proposant votre poème ne pillez pas les bases de données de poésie existantes. POÉSIE SPIRITUELLE TITRE: PRINCIPAUTE CELESTE. Je suis un prince, j'ai un corps fort sans la mort pour me faire du tors. Je suis un prince, j'ai un palais d'or même jusqu'au dehors y'a de l'or dans le décors en n'en perdre le nord. Je suis heritier, je marche dans la piété sans m'inquiété des anciennetés. Je suis heritier sans saleté ni malhonnêteté. Je suis un roi adroit dans un royaume de droit peuplé de gens droits. Un royaume infini en garantie pour une vie d'une royauté infinie. Pas de papis ni mamies, que des rajeunis, tous nantis et gentils.
[ Vianney ]

448


C'était un beau Samedi tout à fait ordinair

et j'étais désoeuvré, aussi pour me distraire

je décidais alors de me rendre à ORLY

voir tous ces passagers, riant, sans se presser,

pour atteindre l'avion et pour monter à bord.

Descendant du taxi je l'avais aperçu

Mon Dieu qu'elle était belle

Je l'ai jamais revue.


[ georgio ]

447

Il EST VENU LE TEMPS …

 

Dans une période qui cristallise l’ensemble des combats fantasmés qui n’ont jamais abouti,

Il s’agit de dresser le bilan des défis de notre temps dès aujourd’hui.

 

« Il serait temps de … » dit-on souvent,

Mais au fond, qu’est-ce qu’on attend ?

 

Il est venu le temps de renverser notre perception de la normalité,

Notre vision étriquée conditionnée par la notion de posséder.

 

Il est venu le temps de valoriser l’être plutôt que l’avoir,

Délaisser la bêtise au détriment du savoir.

 

Il est venu le temps de s’émanciper de nos politiciens,

De se réveiller et de prendre notre destin en mains.

 

Il est venu le temps de s’unir dans l’adversité,

Cesser les attaques fratricides qui n’ont vocation qu’à nous diviser.

 

Il est venu le temps de changer notre vision de la réussite,

Se réaliser et s’épanouir au service des autres plutôt que de glorifier la fortune construite.

 

Il est venu le temps de voir la planète comme notre bien commun

Parce que un est tout et tout n’est qu’un.

 

Il est venu le temps de se poser les bonnes questions,

L’introspection nous amène forcément vers des illuminations.

 

Il est venu le temps d’en finir avec le déni,

On ne vit pas plus heureux dans un faux monde que l’on s’est construit.

 

Il est venu le temps de l’empathie,

Cette vertu qui se meurt et qui nous éviterait bien des chamailleries.

 

Il est venu le temps de l’égalité,

La fin des privilégiés et des persécutés.

 

Il est venu le temps de la sagesse,

Celle qui enveloppe l’intelligence et que l’on développe bien avant la vieillesse.

 

Il est venu le temps de repenser notre lien social,

Cette quête de l’approbation extérieure par le digital devient infernale.

 

Il est venu le temps de réinventer notre éducation,

Former des citoyens éveillés et non pas des outils de production.

 

Il est venu le temps de vivre autrement,

Prospérer dans la sobriété plutôt que de consommer abusivement.

 

Il est venu le temps de respecter le vivant,

Celui que l’on traite avec mépris dans notre position de dominant.

 

Il est venu le temps de l’humilité,

Face à cette nature si vaste et notre compréhension si limitée.

 

Il est venu le temps de démystifier la croissance,

Elle qui se veut infinie et qui détruit nos ressources avec fulgurance.

 

Il est venu le temps de nourrir notre conscience,

Car si elle manque elle n’est que ruine de l’âme nous dit la science.

 

Il est venu le temps de redonner des moyens à la santé,

Eriger la vie comme foi loin de la loi du marché.

 

Il est venu le temps de rompre avec nos premiers de cordée, l’économie et l’emploi ne laveront pas leurs mains ensanglantées.

 

Il est venu le temps du contre-pouvoir,

Redonner aux médias de l’indépendance et au peuple sa capacité à croire.

 

Il est venu le temps de questionner nos religions,

As-t-on besoin d’elles pour incarner nos propres convictions ?

 

Il est venu le temps de mettre à bas les puissants,

Ceux qui contrôlent l’argent et qui choisissent nos futurs dirigeants.

 

Il est venu le temps du peuple souverain,

Car l’illusion du choix ne donne aucun sens à nos bulletins.

 

Il est venu le temps des banques publiques,

Bienveillantes, transparentes et résolument éthiques.

 

Il est venu le temps des prises de responsabilités,

Incarner ses désirs et ses valeurs sans être dans l’attente de la majorité.

 

Il est venu le temps de redonner du sens aux mots,

Ceux que nos politiques ont transformés pour justifier bien des maux.

 

Il est venu le temps d’aiguiser son sens critique,

Compétence indispensable dans un monde médiatique à la pensée unique.

 

Il est venu le temps d’en finir avec la corruption,

Tous ces lobbies qui agissent dans l’ombre sont de vrais poisons.

 

Il est venu le temps de repenser notre agriculture,

Redonner à la terre sa force et reprendre le contrôle de notre nourriture.

 

Il est venu le temps de la jeunesse,

Celle qui n’attend pas qu’on décide à sa place sur de belles promesses. 

 

Il est venu le temps de la désobéissance civile et de la protestation,

Face à un gouvernement qui est devenu maitre de l’inaction et de la répression.

 

Il est venu le temps où la police doit s’élever,

Bras armé d’un pouvoir politique paniqué bien loin du gardien de la paix.

 

Il est venu le temps de la tolérance,

Que tout un chacun prenne conscience de la richesse de nos différences.

 

Il est venu le temps d’instaurer le bonheur comme principal indicateur,

Dans des pays où le PIB et la productivité jouent le rôle d’asservisseur.

 

Il est venu le temps de déconfiner les corps et les esprits,

Le jour d’après ne peut pas être le jour d’avant à l’infini.

 

Il est venu le temps de remuer ce monde et caresser l’espoir,

Après tout à vaincre sans périls on triomphe sans gloire.

 

Maxime Goven.


[ Maxime G ]

446

Du fantasme à l'ivresse, Frénétique tendresse, Mon cher amour pour elle Semble presque irréel. Cette union si mystique, Cette ardeur chimérique, Me comble, me plait tant. Elle m'a rendu fervent. La beauté de ses gestes, Ses manières célestes, Aussi nobles qu'elles soient, Viennent de l'au-delà. Dans sa voix, la douceur, Dans ses bras, la chaleur; Berçantes et lyriques. Romantisme utopique. Je rêve souvent d'elle : Bénédiction charnelle. Et elle pose ses lèvres Sur mon corps; chaude fièvre. Envoûté, je ressens D'éternels sentiments. Véritable songerie, À jamais je suis pris. Car l'amour, car les coeurs, Fameux adorateurs, Gardiens des souvenirs, Préservent les plaisirs.
[ Kévin Boitel ]

445

Souvent, aux jours d'été, en plein air je m'allonge, Et perçant les nuages, mon regard s'élonge. Le bleu profond du ciel m'emporte, me replonge Dans ce monde utopique d'espoir et de songes. Sur le sable embrasé, je la revois encore. Son doux sourire n'a d'égal aucun trésor : L'univers tout entier jalousait son cher corps, Sa chaude présence valait plus que de l'or. Je repense alors aux souvenirs éternels, À ses yeux rayonnants, à sa voix si sensuelle, À nos ris concordants, à nos corps qui s'emmellent, À ce goût de l'amour que j'éprouvais pour Elle. Mais ses noirs mensonges, limpides adultères, Absorbants la lueur, ont brisé la chimère. La passion s'est noyé, s'est hissé la colère, Et le goût de l'amour est devenu amer. Désinvolte, elle m'a fui. Me voilà ésseulé. Le temps s'est écoulé, mon bonheur écroulé, Je ne parviens fatalement à l'oublier, Adonc, je pleure en secret nos coeurs écroués.
[ Kévin Boitel ]

444

Page 1 sur un total de 50 pages.



Pourquoi la poésie ?

Et si de la poésie on ne savait plus rien ? " Poétique " désigne aujourd'hui ce qui est à côté de l'essentiel, accessoire, joli, voire mièvre. La poésie ouvre certes un tout autre rapport à la parole, au monde, à l'existence que celui qui partout domine. Elle n'a que faire des calculs et de la rentabilité, de la force du concept et des divers visages de l'égoïsme. Elle est un chant qui dit la vérité au risque le plus extrême. Elle engage dans le vertige sobre de l'expérience propre à chacun. Tout poète, en effet, avance nu dans la vérité la plus poignante. Orphée n'est pas pour rien, la source occidentale de la poésie. Mû par un amour intense, il traverse les enfers et donne au monde son harmonie. Même les bêtes féroces viennent l'écouter. S'en souvenir, en garder mémoire, c'est retrouver cet allant propre à tout poème authentique.
L’idée que j’attache à la poésie est donc celle d’une imitation en style harmonieux, tantôt fidèle, tantôt embellie de ce que la nature, dans le physique et dans le moral, peut avoir de plus capable d’affecter, au gré du poète, l’imagination et le sentiment.
[ Marmontel ] - Poétique française


Découvrez 247 poèmes parmi les plus beaux et les plus touchants de langue française.
Vous pensiez avoir épuisé les ressources de notre anthologie de poèmes ? Notre base est enrichie régulièrement de nouveaux poèmes ...
Vous pouvez aussi proposer des nouveaux poèmes d'auteurs et même vos propres poèmes.
Parcourez les dernières poésies publiées et vérifiées.


La poésie doit être le miroir terrestre de la Divinité, et réfléchir, par les couleurs, les sons et les rythmes, toutes les beautés de l’univers.
[ Madame de Staël ] Extrait De l’Allemagne