Poèmes de Georges Perec



Poèmes
Informations sur le poète
Ecrivain français (1936-1982) membre de l'OuLiPo, qui s'est livré à une observation minutieuse et critique de la société et à une vaste exploration des ressources du langage.

2 poèmes

Amants brûlants d'amour, Savants aux pouls glaciaux
Nous
aimons tout autant dans nos saisons du jour
Nos
chats puissants mais doux, honorant nos tripots
Qui
, sans nous, ont trop froid, nonobstant nos amours.

Ami
du Gai Savoir, ami du doux plaisir
Un
chat va sans un bruit dans un coin tout obscur
Oh
Styx, tu l'aurais pris pour ton poulain futur
Si
tu avais, Pluton, aux Sclavons pu l'offrir!

Il
a, tout vacillant, la station d'un hautain
Mais
grand sphinx somnolant au fond du Sahara
Qui
paraît s'assoupir dans un oubli sans fin:

Son
dos frôlant produit un influx angora
Ainsi
qu'un gros diamant pur, l'or surgit, scintillant
Dans
son voir nictitant divin, puis triomphant
Nos Chats
Poèmes de Georges Perec

Citations de Georges Perec
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 234 votes


Sois soumis, mon chagrin, puis dans ton coin sois sourd.
Tu
la voulais la nuit, la voilà, la voici :
Un
air tout obscurci a chu sur nos faubourgs,
Ici
portant la paix, là-bas donnant souci.
Tandis
qu'un vil magma d'humains, oh, trop banals,
Sous
l'aiguillon Plaisir, guillotin sans amour,
Va
puisant son poison aux puants carnavals,
Mon
chagrin, saisis-moi la main; là, pour toujours,

Loin
d'ici. Vois s'offrir sur un balcon d'oubli,
Aux
habits pourrissants, nos ans qui sont partis;
Surgir
du fond marin un guignon souriant;

Apollon
moribond s'assoupir sous un arc,
Puis
ainsi qu'un drap noir traînant au clair ponant,
Ouïs
, Amour, ouïs la Nuit qui sourd du parc.

Sois soumis, mon chagrin
Poèmes de Georges Perec

Citations de Georges Perec
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 252 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poèmes de Georges Perec


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses