Poème mienne - 4 Poèmes sur mienne


4 poèmes


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : émana émanai émanaient émanais émanait émanant émanas émanât émane émané émanent émanes émanions émanons émiaient émiant émient émiions éminça éminçai éminçaient éminçais éminçait éminçant éminças éminçât éminçons éminent émions ...

Je t'aime de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard


Je t'aime pour toutes les femmes
Que
je n'ai pas connues
Je
t'aime pour tout le temps
je n'ai pas vécu
Pour
l'odeur du grand large
Et
l'odeur du pain chaud
Pour
la neige qui fond
Pour
les premières fleurs
Pour
les animaux purs
Que
l'homme n'effraie pas
Je
t'aime pour aimer
Je
t'aime pour toutes les femmes
Que
je n'aime pas

Qui
me reflète sinon toi-même
Je
me vois si peu
Sans
toi je ne vois rien
Qu
'une étendue déserte
Entre
autrefois et aujourd'hui
Il
y a eu toutes ces morts
Que
j'ai franchies
Sur
de la paille
Je
n'ai pas pu percer
Le
mur de mon miroir
Il
m'a fallu apprendre
Mot
par mot la vie
Comme
on oublie

Je
t'aime pour ta sagesse
Qui
n'est pas la mienne
Pour
la santé je t'aime
Contre
tout ce qui n'est qu'illusion
Pour
ce cœur immortel
Que
je ne détiens pas
Que
tu crois être le doute
Et
tu n'es que raison
Tu
es le grand soleil
Qui
me monte à la tête
Quand
je suis sûr de moi
Quand
je suis sûr de moi

Tu
es le grand soleil
Qui
me monte à la tête
Quand
je suis sûr de moi
Quand
je suis sûr de moi

Je t'aime un poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 301)  Voter pour ce poème388 votes

L'Homme entre deux âges, et ses deux Maîtresses de Jean de La Fontaine


Un homme de moyen âge,
Et tirant sur le grison,
Jugea qu'il était saison
De songer au mariage.
Il avait du comptant,
Et partant
De quoi choisir ; toutes voulaient lui plaire :
En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant ;
Bien adresser n'est pas petit affaire.
Deux veuves sur son cœur eurent le plus de part :
L'une encore verte, et l'autre un peu bien mûre,
Mais qui réparait par son art
Ce qu'avait détruit la nature.
Ces deux veuves, en badinant,
En riant, en lui faisant fête,
L'allaient quelquefois testonnant,
C'est-à-dire ajustant sa tête.
La vieille, à tous moments, de sa part emportait
Un peu du poil noir qui restait,
Afin que son amant en fût plus à sa guise.
La jeune saccageait les poils blancs à son tour.
Toutes deux firent tant, que notre tête grise
Demeura sans cheveux, et se douta du tour.
" Je vous rends leur dit-il, mille grâces, les belles,
Qui m'avez si bien tondu :
J'ai plus gagné que perdu ;
Car d'hymen point de nouvelles.
Celle que je prendrais voudrait qu'à sa façon
Je vécusse, et non à la mienne.
Il n'est tête chauve qui tienne :
Je vous suis obligé, belles, de la leçon.

L'Homme entre deux âges, et ses deux Maîtresses un poème de Jean de La Fontaine

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Jean de La Fontaine (n° 359)  Voter pour ce poème294 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 184)  Voter pour ce poème236 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Je suis sûre de ta bonté,
Mais
moins que du zèle trop tendre
Dont
j'accompagne tes méandres,
Et
que tu n'as pas mérité !

J
'entends que tu parles, je rêve,
Tout
ce que tu dis me convainc;
Mais
ces mots précis seraient vains
Sans
ta lèvre qui se soulève.

Je
révère ton sens humain,
Mais
la seule paix que j'obtienne
Est
quand la chaleur de tes mains
A
mis son parfum dans les miennes....

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 191)  Voter pour ce poème150 votes


Les poèmes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z    

Les poètes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z