Poème tendra - 2 Poèmes sur tendra



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : éteindra éteindrai éteindraient éteindrais éteindrait éteindras éteindre éteindrez éteindriez éteindrions éteindrons éteindront étendard étendards étendirent étendoir étendoirs étendra étendrai étendraient étendrais étendrait étendras étendre étendrez étendriez étendrions étendrons étendront ...


Sur la luzerne en fleur assise,
Qui
chante dès le frais matin ?
C'est
la fille aux cheveux de lin,
La
belle aux lèvres de cerise.

L'amour
, au clair soleil d'été,
Avec
l'alouette a chanté.

Ta
bouche a des couleurs divines,
Ma
chère, et tente le baiser !
Sur
l'herbe en fleur veux-tu causer,
Fille
aux cils longs, aux boucles fines ?

L'amour
, au clair soleil d'été,
Avec
l'alouette a chanté.

Ne
dis pas non, fille cruelle !
Ne
dis pas oui ! J'entendrai mieux
Le
long regard de tes grands yeux
Et
ta lèvre rose, ô ma belle !

L'amour
, au clair soleil d'été,
Avec
l'alouette a chanté.

Adieu
les daims, adieu les lièvres
Et
les rouges perdrix ! Je veux
Baiser
le lin de tes cheveux,
Presser
la pourpre de tes lèvres !

L'amour
, au clair soleil d'été,
Avec
l'alouette a chanté.


La fille aux cheveux de lin
Poèmes de Charles Marie René Leconte de Lisle

Citations de Charles Marie René Leconte de Lisle
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 181 votes


Il faudra bien t'y faire à cette solitude,
Pauvre
coeur insensé, tout prêt à se rouvrir,
Qui
sait si mal aimer et sait si bien souffrir.
Il
faudra bien t'y faire ; et sois sûr que l'étude,

La
veille et le travail ne pourront te guérir.
Tu
vas, pendant longtemps, faire un métier bien rude,
Toi
, pauvre enfant gâté, qui n'as pas l'habitude
D
'attendre vainement et sans rien voir venir.

Et
pourtant, ô mon coeur, quand tu l'auras perdue,
Si
tu vas quelque part attendre sa venue,
Sur
la plage déserte en vain tu l'attendras.

Car
c'est toi qu'elle fuit de contrée en contrée,
Cherchant
sur cette terre une tombe ignorée,
Dans
quelque triste lieu qu'on ne te dira pas.
A George Sand (IV)
Poèmes de Alfred de Musset

Citations de Alfred de Musset
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 190 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème tendra - 2 Poèmes sur tendra


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses