Poème veille - 34 Poèmes sur veille



Poèmes

34 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : évalua évaluai évaluais évaluait évaluas évaluât évalue évalué évaluée évaluées évalues évalués éveil éveilla éveillai éveillais éveillait éveillas éveillât éveille éveillé éveillée éveillées éveilles éveillés éveils évolua évoluai évoluais ...


Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre
l'obscurité luttant avec effort,
Ah !
Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser
le voile de la mort.

Nous
, pour le proférer ce même cri terrible,
Nous
avons devancé les affres du trépas ;
Notre
œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C
'est notre esprit qui ne voit pas.

Il
tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre,
A
chaque pas qu'il fait forcé de s'arrêter ;
Et
, bien loin de percer cet épais réseau d'ombre,
Il
peut à peine l'écarter.

Parfois
son désespoir confine à la démence.
Il
s'agite, il s'égare au sein de l'Inconnu,
Tout
prêt à se jeter, dans son angoisse immense,
Sur
le premier flambeau venu.

La
Foi lui tend le sien en lui disant : « J'éclaire !
Tu
trouveras en moi la fin de tes tourments. »
Mais
lui, la repoussant du geste avec colère,
A
déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton
prétendu flambeau n'a jamais sur la terre
Apporté
qu'un surcroît d'ombre et de cécité ;
Mais
réponds-nous d'abord : est-ce avec ton mystère
Que
tu feras de la clarté ? »

La
Science à son tour s'avance et nous appelle.
Ce
ne sont entre nous que veilles et labeurs.
Eh
bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N
'ont arraché que les lueurs.

Sans
doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un
peu de jour s'est fait où ses rayons portaient ;
Mais
son pouvoir ne va qu'à chasser des ténèbres
Les
fantômes qui les hantaient.

Et
l'homme est là, devant une obscurité vide,
Sans
guide désormais, et tout au désespoir
De
n'avoir pu forcer, en sa poursuite avide,
L
'Invisible à se laisser voir.

Rien
ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans
son âme et son sang il est enraciné,
Et
le rêve divin de la lumière obsède
A
jamais cet aveugle-né.

Qu
'on ne lui parle pas de quitter sa torture.
S
'il en souffre, il en vit ; c'est là son élément ;
Et
vous n'obtiendrez pas de cette créature
Qu
'elle renonce à son tourment.

De
la lumière donc ! Bien que ce mot n'exprime
Qu
'un désir sans espoir qui va s'exaspérant.
A
force d'être en vain poussé, ce cri sublime
Devient
de plus en plus navrant.

Et
, quand il s'éteindra, le vieux Soleil lui-même
Frissonnera
d'horreur dans son obscurité,
En
l'entendant sortir, comme un adieu suprême,
Des
lèvres de l'Humanité
De la Lumière !
Poèmes de Louise Ackermann

Citations de Louise Ackermann
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 300 votes


Tandis que je parlais le langage des vers
Elle
s'est doucement tendrement endormie
Comme
une maison d'ombre au creux de notre vie
Une
lampe baissée au coeur des myrtes verts

Sa
joue a retrouvé le printemps du repos
O
corps sans poids pose dans un songe de toile
Ciel
formé de ses yeux à l'heure des étoiles
Un
jeune sang l'habite au couvert de sa peau

La
voila qui reprend le versant de ses fables
Dieu
sait obéissant à quels lointains signaux
Et
c'est toujours le bal la neige les traîneaux
Elle
a rejoint la nuit dans ses bras adorables

Je
vois sa main bouger Sa bouche Et je me dis
Qu'elle
reste pareille aux marches du silence
Qui
m'échappe pourtant de toute son enfance
Dans
ce pays secret à mes pas interdit

Je
te supplie amour au nom de nous ensemble
De
ma suppliciante et folle jalousie
Ne
t'en va pas trop loin sur la pente choisie
Je
suis auprès de toi comme un saule qui tremble

J'ai
peur éperdument du sommeil de tes yeux
Je
me ronge le coeur de ce coeur que j'écoute
Amour
arrête-toi dans ton rêve et ta route
Rends-moi
ta conscience et mon mal merveilleux


Elsa
Poèmes de Louis Aragon

Citations de Louis Aragon
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 179 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème veille - 34 Poèmes sur veille


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses