Poème Feuilles - 10 Poèmes sur Feuilles



Poèmes

10 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : éfaufila éfaufilai éfaufilais éfaufilait éfaufilas éfaufilât éfaufile éfaufilé éfaufilée éfaufilées éfaufiles éfaufilés failla faillai faillais faillait faillas faillât faille faillé faillée faillées failles faillés failli faillis faillit faillît fallait ...


Je te l’ai dit pour les nuages
Je
te l’ai dit pour l'arbre de la mer
Pour
chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour
les cailloux du bruit
Pour
les mains familières
Pour
l’œil qui devient visage ou paysage
Et
le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour
toute la nuit bue
Pour
la grille des routes
Pour
la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je
te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute
caresse toute confiance se survivent.
Je te l’ai dit pour les nuages
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 279 votes


La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un
rond de danse et de douceur,
Auréole
du temps, berceau nocturne et sûr,
Et
si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C
'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.
Feuilles
de jour et mousse de rosée,
Roseaux
du vent, sourires parfumés,
Ailes
couvrant le monde de lumière,
Bateaux
chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs
des bruits et sources des couleurs,
Parfums
éclos d'une couvée d'aurores
Qui
gît toujours sur la paille des astres,
Comme
le jour dépend de l'innocence
Le
monde entier dépend de tes yeux purs
Et
tout mon sang coule dans leurs regards.
La Courbe de tes yeux
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 249 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème Feuilles - 10 Poèmes sur Feuilles


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses