Poème nocturne - 9 Poèmes sur nocturne


9 poèmes


Phonétique : nectaire nectaires nectar nectarine nectarines nectars nocturne nocturnes nonciature nonciatures nycturie nycturies

Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne de Charles Baudelaire


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 240)  Voter pour ce poème366 votes

La Muse malade de Charles Baudelaire


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 223)  Voter pour ce poème360 votes

La muse vénale de Charles Baudelaire


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Charles Baudelaire (n° 224)  Voter pour ce poème362 votes

Femmes d'Ouessant de René-Guy Cadou


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de René-Guy Cadou (n° 443)  Voter pour ce poème497 votes

Bercée de chair frémissante pâture de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 35)  Voter pour ce poème378 votes

La Courbe de tes yeux de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard


La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un
rond de danse et de douceur,
Auréole
du temps, berceau nocturne et sûr,
Et
si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C
'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.
Feuilles
de jour et mousse de rosée,
Roseaux
du vent, sourires parfumés,
Ailes
couvrant le monde de lumière,
Bateaux
chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs
des bruits et sources des couleurs,
Parfums
éclos d'une couvée d'aurores
Qui
gît toujours sur la paille des astres,
Comme
le jour dépend de l'innocence
Le
monde entier dépend de tes yeux purs
Et
tout mon sang coule dans leurs regards.

La Courbe de tes yeux un poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 314)  Voter pour ce poème380 votes

Poème de l'amour de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles


Si je n'aimais que toi en toi
Je
guérirais de ton visage,
Je
guérirais bien de ta voix
Qui
m'émeut comme lorsqu'on voit,
Dans
le nocturne paysage,
La
lune énigmatique et sage,
Qui
nous étonne chaque fois.

-
Si c'était toi par qui je rêve,
Toi
vraiment seul, toi seulement,
J
'observerais tranquillement
Ce
clair contour, cette âme brève
Qui
te commence et qui t'achève.

Mais
à cause de nos regards,
À
cause de l'insaisissable,
À
cause de tous les hasards,
Je
suis parmi toi haute et stable
Comme
le palmier dans les sables;

Nous
sommes désormais égaux,
Tout
nous joint, rien ne nous sépare,
Je
te choisis si je compare;
-
C'est toi le riche et moi l'avare,
C
'est toi le chant et moi l'écho,
Et
t'ayant comblé de moi-même,
Ô
visage par qui je meurs,
Rêves
, désirs, parfums, rumeurs,
Est-ce
toi ou bien moi que j'aime ?

Poème de l'amour un poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 78)  Voter pour ce poème195 votes

La Nuit est à nous de Renée Vivien


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Renée Vivien (n° 258)  Voter pour ce poème295 votes

Ton rire est clair, ta caresse est profonde de Renée Vivien


Plus sur ce poème >>📃📋Poème de Renée Vivien (n° 249)  Voter pour ce poème284 votes


Les poèmes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z    

Les poètes


A     B     C     D     E     F    

G     H     I     J     K     L    

M     N     O     P     Q     R    

S     T     U     V     W     X    

Y     Z