Poème contribue - 2 Poèmes sur contribue



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : canoter canotera canoterai canoteraient canoterais canoterait canoteras canotèrent canoterez canoteriez canoterions canoterons canoteront canoteur canoteurs canotier canotiers cantatrice cantatrices canter canters cantharide cantharides cantharidine cantharidines Cantor cantre cantres cocontractant ...


Mortellement atteint d'une flèche empennée,
Un oiseau déplorait sa triste destinée,
Et disait, en souffrant un surcroît de douleur :
" Faut-il contribuer à son propre malheur !
Cruels humains ! vous tirez de nos ailes
De quoi faire voler ces machines mortelles.

Mais
ne vous moquez point, engeance sans pitié :
Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.
Des enfants de Japet toujours une moitié
Fournira des armes à l'autre. "
L'Oiseau blessé d'une flèche
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 221 votes


J’ai, dès l'enfance, avec un oeil audacieux,
Logé
mon âme dans la nue;
Le
sol brillant m'était moins proche que les cieux
jubilait ma bienvenue.

Je
croyais au vivace et radieux retour
De
ma tendresse dépensée:
Confiance
, désir, bondissements, pensée,
Vous
heurtiez un distrait séjour !

Lentement
, en souffrant, je prenais l'habitude
Que
désormais fût démêlé
Cet
univers secret d'avec mon amplitude;
J’aimais
mon royaume isolé.

-
Amour, pourquoi crois-tu pouvoir nie consoler
Des
obstacles que rien n'élude ?
Toi
dont l'ardeur, autant que l'espace étoilé,
Contribue
à ma solitude !
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 182 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème contribue - 2 Poèmes sur contribue


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses