Poème froideur - 2 Poèmes sur froideur



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : farder fardera farderai farderaient farderais farderait farderas fardèrent farderez farderiez farderions farderons farderont fardier fardiers frauder fraudera frauderai frauderaient frauderais frauderait frauderas fraudèrent frauderez frauderiez frauderions frauderons frauderont fraudeur ...


Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
Ô
vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et
t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et
que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus
ironiquement accumuler les lieues
Qui
séparent mes bras des immensités bleues.
Je
m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts,
Comme
après un cadavre un choeur de vermisseaux,
Et
je chéris, ô bête implacable et cruelle !
Jusqu
cette froideur par où tu m'es plus belle !
Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 233 votes


Les cloîtres anciens sur leurs grandes murailles
Étalaient
en tableaux la sainte vérité,
Dont
l'effet, réchauffant les pieuses entrailles,
Tempérait
la froideur de leur austérité.

En
ces temps où du Christ florissaient les semailles,
Plus
d'un illustre moine, aujourd'hui peu cité,
Prenant
pour atelier le champ des funérailles,
Glorifiait
la mort avec simplicité.

-
Mon âme est un tombeau que, mauvais cénobite,
Depuis
l'éternité je parcours et j'habite ;
Rien
n'embellit les murs de ce cloître odieux.

Ô
moine fainéant ! Quand saurai-je donc faire
Du
spectacle vivant de ma triste misère
Le
travail de mes mains et l'amour de mes yeux ?
Le mauvais moine
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 230 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème froideur - 2 Poèmes sur froideur


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses