Poème separent - 1 Poèmes sur separent


1 poème


Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : saperaient sapèrent saperions saperons saperont séparaient séparant séparante séparantes séparants séparent sépareraient séparèrent séparerions séparerons sépareront séparions séparons soprani sopraniste sopranistes soprano sopranos souperaient soupèrent souperions souperons souperont soupiraient ...


Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
Ô
vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et
t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et
que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus
ironiquement accumuler les lieues
Qui
séparent mes bras des immensités bleues.
Je
m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts,
Comme
après un cadavre un choeur de vermisseaux,
Et
je chéris, ô bête implacable et cruelle !
Jusqu
cette froideur par où tu m'es plus belle !
Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 531 votes