Poème scient - 2 Poèmes sur scient



Poèmes

2 poèmes

Phonétique : saucent saucions scène scènes sciaient sciant sciène sciènes scient sciions scindé scion scions souciaient souciant soucient souciions soucions sucent sucions


L'homme insulté‚ qui se retient
Est
, à coup sûr, doux et patient.
Par
contre, l'homme à l'humeur aigre
Gifle
celui qui le dénigre.
Moi
, je n'agis qu'à bon escient :
Mais
, gare aux fâcheux qui me scient !
Qu
'ils soient de Château-l'Abbaye
Ou
nés à Saint-Germain-en-Laye,
Je
les rejoins d'où qu'ils émanent,
Car
mon courroux est permanent.
Ces
gens qui se croient des Shakespeares
Ou
rois des îles Baléares !
Qui
, tels des condors, se soulèvent !
Mieux
vaut le moindre engoulevent.
Par
le diable, sans être un aigle,
Je
vois clair et ne suis pas bigle.
Fi
des idiots qui balbutient !
Gloire
au savant qui m'entretient !


Rimes riches à l'oeil
Poèmes de Alphonse Allais

Citations de Alphonse Allais
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 506 votes


Un jour où je ne pus comprendre
Ton
esprit qui songeait au loin,
Je
me sentis soudain moins tendre,
Et
peut-être je t'aimais moins.

Je
te voyais petit, l'espace
Me
reconquérait peu à, peu,
Je
regardais ces calmes cieux
jamais rien ne m'embarrasse.

Mais
alors tu mis sur mon coeur
Ton
beau visage sans réplique,
Et
je respirai ton odeur
Inconsciente
et tyrannique;

Sans
plus d'alarme et de fierté,
J
'absorbais avec gravité
Ton
âme innocente et physique,
Plus
ample pour moi que le ciel;

-
Senteur suave, âpre, vermeille,
Tiède
aveu confidentiel
D
'un corps qui songe ou qui sommeille,
C
'est toi la grâce nonpareille !

-
Ainsi sourd le parfum du miel
De
l'humble maison des abeilles...
Poème de l'amour
Poèmes de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 134 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème scient - 2 Poèmes sur scient


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses