Poème entretient - 2 Poèmes sur entretient



Poèmes

2 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : entartra entartrage entartrages entartrai entartraient entartrais entartrait entartrâmes entartrant entartras entartrasse entartrassent entartrasses entartrassiez entartrassions entartrât entartrâtes entartre entartré entartrée entartrées entartrent entartrer entartrera entartrerai entartreraient entartrerais entartrerait entartreras ...


L'homme insulté‚ qui se retient
Est
, à coup sûr, doux et patient.
Par
contre, l'homme à l'humeur aigre
Gifle
celui qui le dénigre.
Moi
, je n'agis qu'à bon escient :
Mais
, gare aux fâcheux qui me scient !
Qu
'ils soient de Château-l'Abbaye
Ou
nés à Saint-Germain-en-Laye,
Je
les rejoins d'où qu'ils émanent,
Car
mon courroux est permanent.
Ces
gens qui se croient des Shakespeares
Ou
rois des îles Baléares !
Qui
, tels des condors, se soulèvent !
Mieux
vaut le moindre engoulevent.
Par
le diable, sans être un aigle,
Je
vois clair et ne suis pas bigle.
Fi
des idiots qui balbutient !
Gloire
au savant qui m'entretient !


Rimes riches à l'oeil
Poèmes de Alphonse Allais

Citations de Alphonse Allais
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 451 votes


Je devais par la royauté
Avoir
commencé mon ouvrage :
A
la voir d'un certain côté,
Messer
Gaster en est l'image ;
S
'il a quelque besoin, tout le corps s'en ressent.

De
travailler pour lui les membres se lassant,
Chacun
d'eux résolut de vivre en gentilhomme,
Sans
rien faire, alléguant l'exemple de Gaster.
" Il
faudrait, disaient-ils, sans nous qu'il vécût d'air.
Nous
suons, nous peinons comme bêtes de somme ;
Et
pour qui ? pour lui seul ; nous n'en profitons pas ;
Notre
soin n'aboutit qu'à fournir ses repas.
Chômons
, c'est un métier qu'il veut nous faire apprendre. "
Ainsi
dit, ainsi fait. Les mains cessent de prendre,
Les
bras d'agir, les jambes de marcher :
Tous
dirent à Gaster qu'il en allât chercher.
Ce
leur fut une erreur dont ils se repentirent :
Bientôt
les pauvres gens tombèrent en langueur ;
Il
ne se forma plus de nouveau sang au cœur ;
Chaque
membre en souffrit ; les forces se perdirent.
Par
ce moyen, les mutins virent
Que
celui qu'ils croyaient oisif et paresseux,
A
l'intérêt commun contribuait plus qu'eux.

Ceci
peut s'appliquer à la grandeur royale.
Elle
reçoit et donne, et la chose est égale.
Tout
travaille pour elle, et réciproquement
Tout
tire d'elle l'aliment.
Elle
fait subsister l'artisan de ses peines,
Enrichit
le marchant, gage le magistrat,
Maintient
la laboureur, donne paie au soldat,
Distribue
en cent lieux ses grâces souveraines,
Entretient
seule tout l'État.
Ménénius
le sut bien dire.
La
commune s'allait séparer du sénat.
Les
mécontents disaient qu'il avait tout l'empire,
Le
pouvoir, les trésors, l'honneur, la dignité ;
Au
lieu que tout le mal était de leur côté,
Les
tributs, les impôts, les fatigues de guerre.
Le
peuple hors des murs était déjà posté,
La
plupart s'en allaient chercher une autre terre
Quand
Ménénius leur fit voir
Qu
'ils étaient aux membres semblables,
Et
par cet apologue, insigne entre les fables,
Les
ramena dans leur devoir.
Les Membres et l'Estomac
Poèmes de Jean de La Fontaine

Citations de Jean de La Fontaine
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 271 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème entretient - 2 Poèmes sur entretient


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses