Poème bords - 8 Poèmes sur bords



Poèmes

8 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : bâbordais barda bardai bardais bardait bardas bardât barde bardeau bardée bardées bardes bardés bardis bardot bards barouda baroudai baroudais baroudait baroudas baroudât baroude baroudes barouds bobards borda bordai bordais ...


Un homme a traversé le désert sans rien boire
Et
parvient une nuit sur les bords de la mer
Il
a plus soif encore à voir le flot amer
Cet
homme est mon désir, la mer est ta victoire.

Tout
habillé de bleu quand il a l'âme noire
Au
pied d'une potence un beau masque prend l'air
Comme
si de l'amour - ce pendu jaune et vert-
Je
voulais que brûlât l'horrible main de gloire.

Le
pendu, le beau masque et cet homme altéré
Descendent
dans l'enfer que je creuse moi-même
Et
l'enfer c'est toujours : Je voudrais qu'elle m'aime.

Et
n'aurais-je jamais une chose à mon gré
Sinon
l'amour, du moins une mort aussi belle.
Dis-moi
, le savais-tu, que mon âme est mortelle ?
L'Enfer
Poèmes de Guillaume Apollinaire

Citations de Guillaume Apollinaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 267 votes


Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !
Ô
boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
Extase
! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
Des
souvenirs dormants dans cette chevelure,
Je
la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

La
langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout
un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit
dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme
d'autres esprits voguent sur la musique,
Le
mien, ô mon amour ! Nage sur ton parfum.

J
'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
Se
pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
Fortes
tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu
contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De
voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un
port retentissant où mon âme peut boire
À
grands flots le parfum, le son et la couleur ;
les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,
Ouvrent
leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D
'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

Je
plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
Dans
ce noir océan où l'autre est enfermé ;
Et
mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura
vous retrouver, ô féconde paresse !
Infinis
bercements du loisir embaumé !

Cheveux
bleus, pavillon de ténèbres tendues,
Vous
me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
Sur
les bords duvetés de vos mèches tordues
Je
m'enivre ardemment des senteurs confondues
De
l'huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps
! Toujours ! Ma main dans ta crinière lourde
Sèmera
le rubis, la perle et le saphir,
Afin
qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !
N
'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
je hume à longs traits le vin du souvenir ?
La chevelure
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 283 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème bords - 8 Poèmes sur bords


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses