Poème tenait - 7 Poèmes sur tenait



Poèmes

7 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : étaient étain étains étançon étançons étant éteins éteint étend étêtaient étêtant étêtent étêtions étêtons éthane éthanes étions étonna étonnai étonnais étonnait étonnas étonnât étonne étonné étonnée étonnées étonnes étonnés ...


Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine
Et
quand il eut donné son obole à Charon,
Un
sombre mendiant, œil fier comme Antisthène,
D
'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.

Montrant
leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
Des
femmes se tordaient sous le noir firmament,
Et
, comme un grand troupeau de victimes offertes,
Derrière
lui traînaient un long mugissement.

Sganarelle
en riant lui réclamait ses gages,
Tandis
que Don Luis avec un doigt tremblant
Montrait
à tous les morts errant sur les rivages
Le
fils audacieux qui railla son front blanc.

Frissonnant
sous son deuil, la chaste et maigre Elvire,
Près
de l'époux perfide et qui fut son amant,
Semblait
lui réclamer un suprême sourire
brillât la douceur de son premier serment.

Tout
droit dans son armure, un grand homme de pierre
Se
tenait à la barre et coupait le flot noir ;
Mais
le calme héros, courbé sur sa rapière,
Regardait
le sillage et ne daignait rien voir.
Don Juan aux enfers
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 290 votes


Dans le lit plein ton corps se simplifie
Sexe
liquide univers de liqueur
Liant
des flots qui sont autant de corps
Entiers
complets de la nuque aux talons
Grappe
sans peau grappe-mère en travail
Grappe
servile et luisante de sang
Entre
les seins les cuisses et les fesses
Régentant
l'ombre et creusant la chaleur
Lèvre
étendue à l'horizon du lit
Sans
une éponge pour happer la nuit
Et
sans sommeil pour imiter la mort.

Frapper
la femme monstre de sagesse
Captiver
l'homme à force de patience
Doucer
la femme pour éteindre l'homme
Tout
contrefaire afin de tout réduire
Autant
rêver d'être seul et aveugle.

Je
n'ai de cœur qu'en mon front douloureux.

L
'après-midi nous attendions l'orage
Il
éclatait lorsque la nuit tombait
Et
les abeilles saccageaient la ruche
Puis
de nos mains tremblantes maladroites
Nous
allumions par habitude un feu
La
nuit tournait autour de sa prunelle
Et
nous disions je t'aime pour y voir.

Le
temps comblé la langue au tiers parfum
Se
retenait au bord de chaque bouche
Comme
un mourant au bord de son salut
Jouer
jouir n'était plus enlacés
Du
sol montait un corps bien terre à terre
L
'ordre gagnait et le désir pesait
Branche
maîtresse n'aimait plus le vent

Par
la faute d'un corps sourd
Par
la faute d'un corps mort
D
'un corps injuste et dément.

Puisqu'il le faut
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 318 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème tenait - 7 Poèmes sur tenait


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses