Poème globe - 8 Poèmes sur globe



Poèmes

8 poèmes

Phonétique : glèbe glèbes globe globes


Bel astre voyageur, hôte qui nous arrives
Des
profondeurs du ciel et qu'on n'attendait pas,
vas-tu ? Quel dessein pousse vers nous tes pas ?
Toi
qui vogues au large en cette mer sans rives,
Sur
ta route, aussi loin que ton regard atteint,
N
'as-tu vu comme ici que douleurs et misères ?
Dans
ces mondes épars, dis ! avons-nous des frères ?
T
'ont-ils chargé pour nous de leur salut lointain ?

Ah !
quand tu reviendras, peut-être de la terre
L
'homme aura disparu. Du fond de ce séjour
Si
son œil ne doit pas contempler ton retour,
Si
ce globe épuisé s'est éteint solitaire,
Dans
l'espace infini poursuivant ton chemin,
Du
moins jette au passage, astre errant et rapide,
Un
regard de pitié sur le théâtre vide
De
tant de maux soufferts et du labeur humain.


À la Comète de 1861
Poèmes de Louise Ackermann

Citations de Louise Ackermann
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 416 votes


Toi la seule et j'entends les herbes de ton rire
Toi
c'est la tête qui t'enlève
Et
du haut des dangers de mort
Sur
les globes brouillés de pluie des vallées
Sous
la lumière lourde sous le ciel de terre
Tu
enfantes la chute.

Les
oiseaux ne sont plus un abri suffisant
Ni
la paresse ni la fatigue
Le
souvenir des bois et des ruisseaux fragiles
Au
matin des caprices
Au
matin des caresses visibles
Au
grand matin de l'absence la chute.
Les
barques de tes yeux s'égarent
Dans
la dentelle des disparitions
Le
gouffre est dévoilé aux autres de l'éteindre
Les
ombres que tu crées n'ont pas droit à la nuit.
Toi la seule
Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard

Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 189 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème globe - 8 Poèmes sur globe


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses