Poème milieu - 13 Poèmes sur milieu



Poèmes

13 poèmes

Phonétique (Cliquez pour la liste complète) : émail émailla émaillai émaillais émaillait émaillas émaillât émaille émaillé émaillée émaillées émailles émaillés émoulais émoulait émoule émoules émoulu émoulue émoulues émoulus émoulut émoulût émula émulai émulais émulait émulas émulât ...


C'était au beau milieu de notre tragédie
Et
pendant un long jour assise à son miroir
Elle
peignait ses cheveux d'or Je croyais voir
Ses
patientes mains calmer un incendie
C'était
au beau milieu de notre tragédie

Et
pendant un long jour assise à son miroir
Elle
peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit
C'était
au beau milieu de notre tragédie
Qu'elle
jouait un air de harpe sans y croire
Pendant
tout ce long jour assise à son miroir

Elle
peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit
Qu'elle
martyrisait à plaisir sa mémoire
Pendant
tout ce long jour assise à son miroir
À
ranimer les fleurs sans fin de l'incendie
Sans
dire ce qu'une autre à sa place aurait dit

Elle
martyrisait à plaisir sa mémoire
C'était
au beau milieu de notre tragédie
Le
monde ressemblait à ce miroir maudit
Le
peigne partageait les feux de cette moire
Et
ces feux éclairaient des coins de ma mémoire

C'était
un beau milieu de notre tragédie
Comme
dans la semaine est assis le jeudi

Et
pendant un long jour assise à sa mémoire
Elle
voyait au loin mourir dans son miroir

Un
à un les acteurs de notre tragédie
Et
qui sont les meilleurs de ce monde maudit

Et
vous savez leurs noms sans que je les aie dits
Et
ce que signifient les flammes des longs soirs

Et
ses cheveux dorés quand elle vient s'asseoir
Et
peigner sans rien dire un reflet d'incendie


Elsa au miroir
Poèmes de Louis Aragon

Citations de Louis Aragon
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 322 votes


J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que
les soleils marins teignaient de mille feux,
Et
que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient
pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les
houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient
d'une façon solennelle et mystique
Les
tout-puissants accords de leur riche musique
Aux
couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C
'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au
milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et
des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui
me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et
dont l'unique soin était d'approfondir
Le
secret douloureux qui me faisait languir.
La vie antérieure
Poèmes de Charles Baudelaire

Citations de Charles Baudelaire
Plus sur ce poème | Commenter le poème | Imprimer le poème
| Envoyer à un ami | Voter pour ce poème | 262 votes


Poètes


Votre commentaire sur Poème milieu - 13 Poèmes sur milieu


Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.
[ Paul Claudel ] Extrait de Cinq Grandes Odes, Les Muses